Thwaites, le glacier de l'apocalypse

écouter (3min)

L'inquiétude des scientifiques face au risque d'effondrement du glacier Thwaites  en Antarctique, une masse de glace aussi grande que l'état de Floride aux États-Unis. "Au fil de l'eau" avec la glaciologue Catherine Ritz, du laboratoire de glaciologie et de géophysique environnementale de Grenoble.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Cette image réalisée par des satellites de la NASA permet de montrer l'état du glacier Thwaites, à la date du 28 décembre 2019.  Les observations et analyses montrent que la masse de glace qui est en train de fondre a doublé en l'espace de 30 ans.  (NASA HANDOUT / MAXPPP)

C'est l'un des plus gros glaciers de l'Antarctique et sa taille est comparable à celle de l'Angleterre: 600 kilomètres de long, 20 kilomètres de large et 3 kilomètres de profondeur. Seulement voilà, avec le réchauffement climatique, les scientifiques ont observé qu'il se fissurait de plus en plus vite, ce qui pourrait entraîner une hausse du niveau de la mer de plusieurs mètres.

"Cela fait une quarantaine d'années qu'il y des mesures satellites de la glace, et on voit très bien que cette région du globe s'affaisse."

Catherine Ritz, glaciologue

à franceinfo

La plateforme de glace se fissure de plus en plus vite

La glaciologue explique que la partie flottante du glacier, qui maintient le glacier sur le continent, s'est considérablement amincie ces dernières années, et toutes les observations scientifiques tendent à prouver que des courants chauds font fondre cette plateforme flottante.

Cela fait plus de deux ans que les scientifiques sont inquiets en voyant que la ligne de fond sur laquelle repose le glacier diminue de plus en plus vite.


"On observe très nettement une multiplication des crevasses", explique Catherine Ritz qui redoute une propagation de ces fissures car ce phénomène va entraîner un éclatement de la partie flottante du glacier dans les 5 prochaines années et aboutir à une déstabilisation du glacier situé en amont. La communauté scientifique s'interroge encore sur la vitesse de fonte de ce plateau de glace mais il est vraisemblable qu'il va disparaître au cours de la décennie.

Les scientifiques du monde en entier sont aujourd'hui au chevet du glacier Thwaites

Le réchauffement des eaux fait fondre le front du glacier mais également la plateforme de glace qui flotte en dessous, ce qui fragilise encore un peu plus l'intégralité de la structure.

"A l'échelle de quelques siècles ou de quelques millénaires, ce glacier est l'un des enjeux les plus importants de l'Antarctique", estime Catherine Ritz , qui explique que la fonte du glacier pourrait entraîner l'accélération brutale de la montée du niveau de la mer.

Quand une calotte glacière se désintègre, cela change le niveau de gravité et l'eau produite par la fonte des glaces, va se retrouver ailleurs ! Le problème, c'est que le Groendland produit lui aussi de "l'eau de fonte, du coup, les régions tempérées et tropicales seraient touchées en priorité par la montée du niveau des eaux", ajoute la glaciologue.

Cette composition de deux clichés pris par des satellites de la NASA permettent de comparer l'état du glacier Thwaites, à la date du 2 décembre 2001 à gauche, et à la date du 28 décembre 2019 à droite.   (NASA HANDOUT / MAXPPP)

L'impact du réchauffement climatique 

"Il n'est pas impossible que des courants chauds se soient déplacés", poursuit la chercheuse de Grenoble.
Il est aujourd'hui clairement établi que le réchauffement climatique modifie la circulation des courants d'air au-dessus de l'Antarctique. Ce phénomène a des effets sur les courants océaniques et on s'aperçoit que les courants chauds remontent à la surface de l'Océan.

Le réchauffement climatique, lié aux émissions de gaz à effet de serre, reste une réalité mais il y a toujours eu des courants chauds en Antarctique. Les scientifiques s'accordent à dire que c'est surtout l'air qui circule autour de cette zone du globe qui change la température de l'Océan.

Or, on sait que le réchauffement climatique modifie la circulation des flux d'air dans l'atmosphère, ce qui entraîne une modification des courants océaniques, y compris en profondeur.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.