Attentat de Nice, les enfants du 14-Juillet : un camion fonce sur la Promenade des Anglais (1/5)

écouter (28min)

Le procès de l'attentat de Nice, qui a fait 86 morts le 14 juillet 2016, doit s'ouvrir lundi 5 septembre devant la cour d'Assises spéciale de Paris. Ceux dont la vie a été bouleversée par ce drame se confient à franceinfo. Ils racontent ce point de bascule où une soirée festive a tourné au cauchemar.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Attentat de Nice, les enfants du 14-Juillet. (FRANCEINFO / RADIO FRANCE)

Le 14 juillet 2016, juste après le feu d'artifice, un terroriste fonce sur la Promenade des Anglais, à Nice. Aux commandes d'un camion frigorifique blanc de 19 tonnes, il tue 86 personnes, en blesse plus de 200, et traumatise toute une ville. Ce soir-là, presque tout le monde à Nice avait un enfant, un parent ou simplement un ami sur la Prom'. Parmi ces 86 victimes, 15 enfants ont été assassinés.

>> Attentat de Nice du 14-Juillet : six ans après, les enfants du 14-Juillet travaillent à "vivre leur petite vie d'enfants"

Dans ce premier épisode, David Di Giacomo, chef du service police justice, retrace les événements de cette soirée du 14 juillet 2016. Lui-même journaliste à France Bleu Azur au moment de l’attentat, il a recueilli des paroles rares de victimes, policiers et gendarmes, ou encore pédopsychiatres.

"Attentat de Nice, les enfants du 14-Juillet", un podcast franceinfo de David Di Giacomo, à retrouver sur le site de franceinfo, l'application Radio France et plusieurs autres plateformes comme Apple podcastsPodcast AddictSpotify, ou Deezer.

Réalisation : Cécile Laffon

Prise de son : Ollivia Branger, Alexandre Abergel, Remy Martinez et Ivan Turk

Mixage : Eric Boisset

Création sonore : Bruno Carpentier, Hervé Bouley

Rédaction en chef : Marina Cabiten

Merci à Delphine Gotchaux, Nicolas Merou, France Bleu Azur et au service police-justice de franceinfo. Et un grand merci à toutes celles et ceux qui ont accepté d'apporter leurs témoignages.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.