Cet article date de plus de neuf ans.

Sondages et vacances

écouter (5min)
A première vue, ce ne sont pas quelques petits sondages en vrac qui vont assombrir vos vacances, à condition que vous ayez la chance d'avoir quitté le boulot car d'après un premier sondage IPSOS, un Français sur trois ne part pas en vacances cet été. Essentiellement pour des raisons économiques. Pour ceux qui partent ou sont déjà partis, le budget plafonne à 2.100 euros par foyer.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
  (©)

D'après les études mensuelles de l'INSEE, le moral des ménages n'a
jamais été aussi bas. Il stagne à 78 points ce qui n'est pas le Pérou et
illustre la crainte collective et massive d'une hausse persistante du chômage.
C'est bien d'un sondage qu'il s'agit puisque pour faire ses comptes l'INSEE
interroge 2.000 familles sur leur niveau de vie, leur pouvoir d'achat et leurs
projets.

Politiquement parlant, même motif même punition pour le chef
de l'Etat. Selon l'institut OpinionWay, François Hollande tombe à 23% de satisfaits,
un score famélique. Et quand on se souvient que ses premiers congés d'été il y
a tout juste un an avaient marqué son premier décrochage avec l'opinion, on ne
peut que lui conseiller de prendre garde à ses vacances.

A droite, Nicolas Sarkozy a toujours la cote mais son avenir
paraît plus incertain que jamais car si 68 % des sympathisants de droite le
préfèrent à François Fillon, quatre Français sur dix pensent que Nicolas Sarkozy ne sera pas
candidat à la prochaine présidentielle et d'ailleurs trois sur cinq ne la souhaitent
pas.

Et puis, le meilleur sur la fin. D'après une enquête
réalisée par un institut de consommateurs spécialisé dans le shopping
géolocalisé, figurez vous qu'il y a une étrange inégalité des femmes devant les
soldes selon leur couleur de cheveux. Concrètement, 84% des blondes seraient accros
aux soldes contre 12% de brunes seulement. Et comme il paraît que les hommes
préfèrent les blondes, ca craint en ce moment pour les cartes bleues.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.