Cet article date de plus de dix ans.

Lèse-majesté

écouter
A première vue, c'est quasiment un crime de lèse-majesté qui a été commis hier soir aux dépends de l'équipe d'Espagne de football en direct sur TF1. D'abord, ce match nul obtenu par les Français, fraîchement humiliés par les très honorables et modestes Japonais, personne n'y croyait.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Franceinfo (Franceinfo)

Et pourtant ils l'ont fait. 1 but partout et en prime la première place ex-æquo dans leur groupe qualificatif de coupe du monde.

Dans la nuit
madrilène, c'est donc un petit miracle qui s'est produit. En forme de
résurrection car la première mi-temps avait tourné au calvaire pour les Bleus
jouant en blanc et menés un à zéro dès la 25ème minute par des
Espagnols jouant en rouge, la couleur muleta des toreros à l'heure de
l'estocade. Mais celle-ci n'est point venue. De mise à mort des Français, il
n'y a pas eu, grâce au meilleur d'entre eux, comme toujours ou presque :
le gardien Hugo Lloris, auteur d'un arrêt sur penalty et de quelques sauvetages
à bout portant dignes d'un goal de handball dans un match non pollué par des
paris douteux.

Bref, tout restait
possible au sortir des vestiaires et la seconde mi-temps fut encore plus
française que la première avait été espagnole.

Et c'est ainsi qu'à
la 94ème minute, c'est à dire très au delà du temps imparti, une
passe au cordeau du mal aimé Ribéry a trouvé la tête du remplaçant Giroud,
laquelle a trouvé les filets du malheureux Casillas.

Voilà comment une
équipe en chantier de reconstruction peut faire jeu égal avec des champions du
monde. Mais il faut ajouter que pour une fois, les commentaires souvent pittoresques
du speaker de TF1 Christian Jeanpierre auront été déterminants dans la
déstabilisation de l'adversaire. A quelques minutes du coup d'envoi, apercevant
Juan Carlos qui s'installait en tribune, le grand Christian avait en effet salué
l'arrivée du...Président espagnol.

Ce n'était pas une
gaffe ni un stigmate d'inculture géopolitique, mais un génial pressentiment.
Hier soir, la monarchie espagnole a vacillé. M Jeanpierre l'aura compris avant
tout le monde. Comme disent les mômes, "c'est trop fort !"

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.