Cet article date de plus de neuf ans.

Le beau gars de la marinière

écouter
A première vue, c'est un excellent coup médiatique qu'a réussi le ministre du redressement productif Arnaud Montebourg avec sa marinière.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Franceinfo (Franceinfo)

La photo du bel
Arnaud immortalisé à la Une du Parisien Magasine portant une marinière, une montre Michel Herbelin et un robot Moulinex pour vanter les produits
"made in France", cette photo est un collector. Et n'en déplaise
aux grincheux, c'est un vrai succès en terme de communication.

Le message est
clair, tout le monde en parle et il y a de l'humour.

Pourtant l'exercice
a ses limites. Et sur trois points au moins le coup de la marinière fait
pschitt.

D'abord, quitte à
choisir des produits vraiment français, mieux vaut ne pas se tromper. Et
s'agissant de la montre Herbelin, même si comme dirait l'autre, il s'agit d'un
point de détail, elle n'est pas entièrement made in France. Son mouvement à
quartz, son cadran, ses aiguilles et son verre saphir sont suisses. C'est balot.

Ensuite, les
réactions de la classe politique sont assez symptomatiques de la lourdeur de
quelques uns de ses représentants. Eric Woerth assure qu'il préfère un ministre
en cravate à un ministre en marinière. Faut dire que la chose ne courre pas les
rues à Chantilly. Brice Hortefeux regrette que Montebourg n'ait pas plutôt mis
des sabots. C'est vrai qu'il aurait pu lui prêter les siens. Et Benoit Hamon,
en direct à la télé, met plusieurs minutes à comprendre qu'il s'agit d'une
vraie photo et non pas d'un montage. Comme si l'humour lui était absolument
étranger.

Enfin, last but not
least, malgré ce cliché d'anthologie, on n'est pas sûr mais alors pas du tout
que dans la vraie vie, Arnaud et Audrey s'habillent, s'équipent, roulent, se
meublent et mangent français. Peu importe. En politique, du slogan à la réalité,
la route est toujours longue. L'essentiel était de faire du buzz. Pardon. En
français : du barouf.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.