À livre ouvert, France info

L'Histoire racontée par la littérature

Le Vietnam, l'Espagne, la Chine... Un petit tour du monde historique est au programme aujourd'hui des sélections de nos libraires : Stanislas Rigot de la librairie Lamartine à Paris et Gérard Collard de la librairie La Griffe noire à Saint-Maur.

Franceinfo
Franceinfo (Franceinfo)

Retour à Matterhorn , de Karl Marlantes, chez Calmann-LévySynopsis

Dire une guerre aussi controversée que celle du Vietnam n'est pas aisé :
à s'en tenir aux " faits ", on risque de tomber dans la répétition infi
nie de scènes de batailles ou de corvées. Quant à faire de ce qui se
résume à tuer l'ennemi un récit héroïque, c'est aplatir la réalité sous
le grandiose.
Et la réalité de la Compagnie Bravo dirigée par le
jeune lieutenant Mellas n'a rien d'excitant. Prendre la colline de
Matterhorn et la fortifier pour résister à l'armée nord-vietnamienne,
puis devoir l'abandonner pour exécuter une autre tâche, sans munitions
et nourriture suffisantes, et devoir la réinvestir ensuite, telle est
l'aventure absurde narrée dans ce roman que la critique américaine
unanime met sur le même plan que Les Nus et les Morts , À l'Ouest, rien de nouveau et Catch-22
Ce
que vivent ces " gamins " noirs et blancs pour la première fois
intégrés dans le même corps des marines est tout à la fois terrifiant,
héroïque, cruel, vain, tendre, ridicule, absurde, désespérant et
sublime. Qu'ils marchent dans une jungle infestée de tigres et de
sangsues, s'enfoncent dans leurs trous de combat boueux ou, pris de
racisme ou de folie meurtrière, commettent l'irréparable, ils fascinent
le lecteur tant la rigueur du récit est sans faille.

*Dès lors, ce fut le feu, * de Philippe Pivion , au Cherche-Mi diSynopsis**

Espagne, 1936. Après un périple
semé d'embûches, les Brigades internationales entrent dans Madrid à feu
et à sang. En leur sein, des cagoulards infiltrés, dont Victor, sèment
désorganisation et mort. Au front, Dolorès, communiste et ouvrière
propulsée infirmière, en tombe amoureuse.

Madrid qui, à la suite
du coup d'État de Franco, a vu la plupart de ses ambassades
abandonnées, est assiégé. Étienne Frottier y est nommé par le Quai
d'Orsay. Là, il découvre une ambassade envahie par les " asilés ", ces
700 franquistes qui y ont trouvé refuge. Tandis que les destins
s'entrecroisent, les personnages, broyés par les événements, sont
contraints d'agir contre leurs convictions.

Dans Madrid bombardé, le consul du Chili, Pablo Neruda, est congédié pour ses poèmes engagés en faveur des républicains.

Le
lecteur est happé dans l'engrenage. Comme les héros, il frémira aux
récits terribles des combats de la Cité universitaire, du pont des
Français ou de la Jamara. Dans cet univers de haine, de traîtrises et
d'embuscades, amours et luttes se confondent.

Dîner de gala , de Philippe Videlier, chez GallimardSynopsis

Dans leur jeunesse, caracolant par monts et par vaux, Mao Zedong et ses
généraux s'étaient nourris du roman Au bord de l'eau, l'épopée des Cent
Huit Brigands Justiciers. Bien d'autres ressources leur furent
nécessaires pour échapper à Chiang Kai-shek et à ses conseillers de la
Wehrmacht, aux Nippons déchaînés, aux canonnières anglaises du Yangtsé,
aux policiers de la Concession française de Shanghai. Chaussés de
semelles de paille, mâchonnant du gingembre et des piments, les
hors-la-loi sillonnaient le pays et ralliaient à eux les Chinois
miséreux. Ils parvinrent au pouvoir, et alors ce fut une autre histoire.
Les alliances se défirent, les intrigues se nouèrent. L'un après
l'autre, les compagnons de la grande aventure passèrent à la trappe...

*Les derniers jours des dictateurs* , sous la direction de Diane Ducret, chez PerrinSynopsis**

Le XXe siècle – marqué par l'émergence des totalitarismes – a secrété
sur tous les continents une série de dictateurs dont les dérives de la
personnalité ont engendré des règnes sanguinaires et marqué par une
concentration du pouvoir sans précédent. Si on connaît les noms les plus
célèbres (Mussolini, Hitler, Staline, Mao, Franco, Ceausescu, Saddam
Hussein, Kadhafi), certains sont déjà en passe d'être oubliés en dépit
des exactions de leurs règles (Trujillo, Diem, Papa Doc et Baby Doc,
Tito, Marcos, Stroessner). Le parti pris de cet ouvrage est de les
raconter par leurs fins, souvent tragiques, au moyen de chapitres à la
fois très informés et incisifs. Pour réussir ce pari Perrin et l'Express
se sont associés sous la direction de Diane Ducret, l'auteur de Femmes
de dictateur et d'Emmanuel Hecht, rédacteur en chef à L'Express,
responsable des livres. Ils ont réuni certaines des plus belles plumes
historiques et journalistiques actuelles pour offrir – en une vingtaine
de chapitres – présentés par ordre chronologique un tableau sans
précédent d'un demi-siècle barbare où se cotoient complots, coups
d'état, révolutions, assassinats et suicides.

 

Franceinfo
Franceinfo (Franceinfo)