Cet article date de plus de neuf ans.

De l'horreur au fil des pages : sélection de polars pour l'été

Les conseils des libraires avec Stanislas Rigot de la librairie "Lamartine" et Gérard Collard de "La griffe noire".
Article rédigé par Valérie Expert
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 10 min
  (©)

Je tue, de Giorgio Falleti, aux éditions J’ai lu

Ce thriller se déroule dans la principauté de Monaco, où tout est calme, surveillé, jusqu'à ce que Jean-Loup Verdier l'animateur vedette de Radio Monté Carlo reçoive un étrange appel ou une voix métallique se présente de façon énigmatique « Je suis un homme et personne », et conclut son intervention par deux mots : « Je tue », et quelques notes de musique.

Le lendemain matin, le champion du monde de Formule 1 et sa petite amie, sont retrouvés assassinés sur leur yacht, le tueur leur a ôté le visage et a signé avec le sang de ces victimes «Je tue».

Mais ce double assassinat n’est que le premier d’une longue liste, tous annoncés à la radio et avec le même rituel (« Je tue » et quelques notes de musique). Une chasse à l’homme commence.

Passé imparfait, de Julian Fellowes, aux éditions Sonatine

Lorsque commence cette histoire, le narrateur est sans nouvelles de Damien Baxter depuis près de quarante ans. Inséparables durant leurs études à Cambridge, leur indéfectible amitié s'est muée en une haine féroce, suite à de mystérieux événements survenus lors de vacances au Portugal en 1970. Aussi, le jour où notre homme reçoit une invitation de Damien, la surprise est-elle de taille. Après des retrouvailles déconcertantes dans un magnifique manoir de la campagne anglaise où Damien vit seul, entouré de son personnel, ce dernier fait à son invité une révélation inattendue: il est atteint d'une maladie incurable et n'a pas d'héritier à qui léguer son immense fortune.

Organes Vitaux, d’Elsebeth Egholm, aux éditions Cherche midi

Au cours d'un match de football, le corps mutilé d'une jeune femme est retrouvé sur le parking du stade d'Arhus. La journaliste Dicte Svendsen se rend immédiatement sur les lieux et trouve une vidéo prise quelques minutes auparavant par un téléphone mobile, celui d'une fillette de onze ans. Sur l'écran, derrière la victime démembrée, apparaît durant une fraction de seconde l'image d'une jambe chaussée d'une lourde botte.

L'homme aux bottes est-il celui qui traque les femmes dans les bars, à la recherche de partenaires pour des rapports sadomasochistes extrêmes ? Ce cadavre a-t-il un lien avec d'autres crimes similaires commis récemment dans d'autres pays d'Europe ? Du fond de son lit d'hôpital, un détenu prétend posséder des informations capitales sur l'affaire et contacte Dicte Svendsen afin de lui proposer un échange.

Yeruldelgger, d’Ian Manook, aux éditions Albin Michel

Cinq ans plus tôt, Kushi, la fille de l'inspecteur Yeruldelgger a été enlevée et assassinée pour l'obliger à abandonner une enquête sur la corruption liée au rachat des terres de la steppe mongole. La découverte du cadavre d'une autre fillette va le replonger dans les mêmes tourments. Dans un pays à l'histoire et aux paysages sauvages, une guerre sale d'argent et de pouvoir s'est déclarée autour d'une des richesses minières les plus rares et les plus convoitées de la planète.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.