8h30 politique, France info

Réforme de la SNCF : "L'État doit tenir, nous soutenons clairement et activement le gouvernement", déclare Geoffroy Didier

Le secrétaire général délégué des Républicains Geoffroy Didier, invité sur franceinfo, a notamment qualifié la réforme de la SNCF de "nécessaire. Nous aurions dû la mettre en œuvre bien plus tôt".

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Geoffroy Didier, secrétaire général délégué du parti Les Républicains, dans le studio de franceinfo, le 3 mai 2018.
Geoffroy Didier, secrétaire général délégué du parti Les Républicains, dans le studio de franceinfo, le 3 mai 2018. (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)

Le dixième épisode de la grève en pointillés des cheminots est en cours. Le trafic reprendra normalement dimanche matin. "L'État doit tenir, nous soutenons clairement et activement le gouvernement" sur la réforme de la SNCF, a déclaré, samedi sur franceinfo, le secrétaire général délégué des Républicains Geoffroy Didier. Il qualifie cette réforme de "nécessaire". "Nous aurions dû la mettre en œuvre bien plus tôt."

"Comment voulez-vous que la droite soit crédible ?"

Il n'a "aucune critique" à faire sur la réforme de la SNCF. Geoffroy Didier évoque seulement une "préoccupation sur le maintien des petites lignes parce qu'il n'y a pas de Français de seconde zone". "Il n'y a aucun sectarisme de la part des Républicains lorsqu'une réforme va dans le bon sens." "Comment voulez-vous que la droite soit crédible si elle n'est pas cohérente avec elle-même ? C'est une réforme que nous avions appelée de nos vœux. Ce n'est pas parce que ce n'est pas un gouvernement de droite qui la met en œuvre que nous n'allions pas la soutenir." "Nous l'avions soutenue et la preuve, nous l'avons votée", a conclu Geoffroy Didier.

Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen sont considérés par les Français comme les principaux opposants à Emmanuel Macron, selon un sondage Odoxa Dentu Consulting pour franceinfo. Laurent Wauquiez arrive seulement en troisième position. "Il n'est pas normal que l'extrémisme ait le monopole de l'opposition dans notre pays, même si ça tout cela arrangerait sans doute Emmanuel Macron", a estimé Geoffroy Didier, secrétaire général délégué du parti Les Républicains. "Tout cela ne me surprend pas. L'extrémisme de gauche et de droite sont considérés comme les opposants les plus frontaux parce que ce ne sont pas des partis de gouvernement. Ils ne sont pas crédibles mais ils sont violents dans leur opposition", a-t-il ajouté.

"Préserver notre mode de vie"

Interrogé sur la place des Républicains sur l'échiquier politique, Geoffroy Didier a assuré que LR est "un contre-pouvoir". "Nous sommes un parti de gouvernement qui peut constituer une alternative républicaine. Forcément, le chemin est plus difficile pour nous mais il est plus garanti, car nous sommes en train de pointer les insuffisances d'Emmanuel Macron. Sur l'injustice sociale, les fractures territoriales, sur sa très grande faiblesse par rapport au défi majeur qui est celui de retrouver notre identité et de préserver notre mode de vie en France, sa grande faiblesse sur le terrorisme", a listé le secrétaire général délégué du parti Les Républicains.

"Le sectarisme et l'esprit de fermeture du gouvernement"

Une semaine après l'attaque au couteau qui a fait un mort à Paris, et au lendemain de l'annonce d'un projet d'attentat déjoué, le secrétaire général délégué du parti Les Républicains Geoffroy Didier a dénoncé "le sectarisme et l'esprit de fermeture du gouvernement" sur le "défi majeur" de la lutte contre le terrorisme. "Il nécessiterait une unité nationale, non pas par l'émotion, mais par l'action." "Comment se fait-il que des propositions qui, manifestement suscitent l'adhésion populaire et sont sollicitées par l’opinion publique visant à mieux protéger nos concitoyens contre le terrorisme sont systématiquement balayées d’un revers de main par le gouvernement ?", s'est interrogé Geoffroy Didier, qui rappelle qu'"Emmanuel Macron a fait toute sa campagne sur l’ouverture d’esprit, à la fois de droite et de gauche".

Le secrétaire général délégué du parti Les Républicains assure que son parti propose "un panel de propositions dont nous aimerions que le gouvernement puisse accepter d'en étudier la possibilité. Elles sont sans cesse caricaturées". Geoffroy Didier mentionne notamment "l'internement de manière préventive des radicalisés les plus dangereux". "Lorsqu'on peut mettre des immigrés clandestins dans des centres de rétention, je ne vois pas pourquoi nous ne pourrions pas interner de manière préventive tous ceux qui sont une menace réelle pour la protection de nos concitoyens", a ajouté le député européen.

"Il faut arrêter d'ennuyer les honnêtes Français"

À partir du 1er juillet, la vitesse sera limitée à 80 km/h sur les routes secondaires. La mesure ne fait pas l'unanimité au sein du gouvernement et a provoqué notamment l'embarras du ministre de l'Intérieur Gérard Collomb. "Il faut arrêter d'ennuyer et d'emmerder les honnêtes Français", a jugé Geoffroy Didier, secrétaire général délégué du parti Les Républicains. "Ils vont sur les routes parce qu'ils n'ont pas le choix pour aller travailler. Le gouvernement ferait mieux de mettre le paquet sur la prévention plutôt que de vouloir empoisonner la vie des honnêtes gens. Il y a une question de priorité." "Il y a des expérimentations qui ont eu lieu et dont on n'a jamais vraiment obtenu les résultats. Je souhaite que le gouvernement revoie sa copie sur la question", a déclaré Geoffroy Didier.

Geoffroy Didier, secrétaire général délégué du parti Les Républicains, dans le studio de franceinfo, le 3 mai 2018.
Geoffroy Didier, secrétaire général délégué du parti Les Républicains, dans le studio de franceinfo, le 3 mai 2018. (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)