La rallonge budgétaire pour la transition écologique et l'agriculture arrive "peut-être un peu tard", selon la secrétaire nationale adjointe d'EELV

Publié Mis à jour
Article rédigé par
Radio France

La secrétaire nationale adjointe d'EELV Sandra Regol était l'invitée de franceinfo ce lundi.

"Il faut toujours prendre les ré-allocations de budget vers ce qui est bon quand elles arrivent. Mais peut-être que cela est un peu tard", a estimé ce lundi 8 août sur franceinfo Sandra Regol, secrétaire nationale adjointe d'EELV. Une déclaration qui fait suite à celle de Gabriel Attal, ministre des Comptes publics, qui a annoncé une rallonge de 3, 3 milliards euros pour la transition écologique et l'agriculture dans le budget 2023.

L'annonce de Gabriel Attal arrive au moment où "les Etats-Unis font quelque chose d'exceptionnel, ils investissent pour le climat et la santé. Peut-être qu'il y a une prise de conscience de la France d'être à la traîne."

Les exemples espagnol et allemand 

En France, il est question d'accélérer la rénovation énergétique des bâtiments et de poursuivre le verdissement du parc automobile. "Dans les propos et les réponses aux questions nombreuses" des députés "je n'ai pas noté la volonté de Gabriel Attal de changer les choses. Il parle de verdir l'automobile là où les Espagnols ont décidé la gratuité des transports pour se rendre à son travail jusqu'à 300 km", a-t-elle précisé.

"En Allemagne, c'est 9 euros par mois tout l'été avec une volonté de pérenniser ces solutions pour se déplacer absolument partout", a expliqué Sandra Regol. "Les voyages partout à petits prix c'est possible", a-t-elle insisté.

Parmi les pollueurs, TotalEnergies est souvent pointé du doigt. "C'est l'un des plus grands pollueurs sur la planète, l'une de 20 entreprises qui émet le plus d'émissions de gaz à effet de serre au monde. C'est une entreprise qui récupère le tout nouveau terminal méthanier du Havre, celui qui va réimporter le gaz de schiste en France", dataille Sandra Regol.

"Pourquoi est-ce que votre boulanger paie des impôts et pas Total ? On a une manne d'argent à aller chercher. Quand des entreprises comme Total ou d'autres font d'énormes bénéfices sur la crise et ne s'acquittent pas du pot commun" et "j'ai un problème républicain. Cet argent est nécessaire pour le climat et il faut aller le chercher. La seule solution c'est de taxer les superprofits", a ajouté Sandra Regol.

Le servicemétéo
évolue  et s’enrichit

découvrir les nouveautés

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.