8h30 Fauvelle-Dély, France info

"Un enfant sur deux né récemment sera dans sa vie atteint du cancer" prédit Axel Kahn

Le généticien, nouveau président de la Ligue contre le cancer, invité du "8h30 Fauvelle-Dély", mardi 2 juillet, affirme qu'il est "difficile d'imaginer qu'on peut gagner définitivement la guerre" contre le cancer. 

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Axel Kahn, généticien, président de la Ligue contre le cancer, invité du \"8h30 Fauvelle-Dély\", mardi 2 juillet 2019. 
Axel Kahn, généticien, président de la Ligue contre le cancer, invité du "8h30 Fauvelle-Dély", mardi 2 juillet 2019.  (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)

"On n'a pas projeté un monde avec disparition du cancer. On va gagner de magnifiques combats contre le cancer mais c'est difficile d'imaginer qu'on peut gagner définitivement la guerre" affirme Axel Kahn, généticien et nouveau président de la Ligue contre le cancer, invité du "8h30 Fauvelle-Dély", mardi 2 juillet. "Le cancer est une vie agressive, la cellule cancéreuse nous agresse. Il s'adapte à tous les moyens que l'on déploie contre lui. C'est un combat qu'on ne peut pas gagner définitivement. Un monde sans cancer est très difficile à imaginer", ajoute le médecin, qui précise qu'"un enfant sur deux né récemment sera dans sa vie atteint du cancer."

Face à ce combat, Axel Kahn estime "qu'il serait bon de lancer un quatrième plan cancer. J'ai été contacté hier par l'Elysée et je plaiderai pour la nécessité de lancer un quatrième plan cancer parce qu'il y a vraiment des défis nouveaux qui exigent qu'il y ait des solutions nouvelles."

Les traitements ont progressé et "permettent d'obtenir des survies très prolongées de plusieurs années. Mais ces gens-là ne sont pas guéris. Donc, on passe des maladies cancéreuses à la chronicité. Quel est le projet de vie de ces personnes, comment pourront-elles être aidées, comment pourront-elles vivre pleinement ? Ce sont des questions très importantes." Selon Axel Kahn, le traitement anticancéreux, "de plus en plus, passera de l'hôpital à la [médecine de] ville. Or, la ville n'est pas encore prête pour accueillir et traiter comme il se doit tous les malades."

Chaque année en France, 400 000 personnes de plus sont atteintes d'un cancer et 150 000 personnes en meurent. Le cancer que l'on soigne le mieux "est celui du testicule. On guérit presque toujours. Autre exemple avec les leucémies qu'on disait chroniques. A partir du moment où on avait fait le diagnostic la mort survenait dans les trois à cinq ans. Aujourd'hui, avec une seule pilule on met l'immense majorité des personnes en rémission." Le cancer du sein "est mieux traité, mais la fréquence des cancers du sein a augmenté chez les femmes. Il y a plusieurs facteurs, l'un, je pense que c'est le facteur principal, c'est l'obésité. Peut-être est-ce qu'il y a l'alcool", a estimé Axel Kahn.

La Ligue contre le cancer repose à "plus de 90% sur des donateurs. C'est vraiment le bateau amiral de la lutte contre le cancer. Elle intervient dans les écoles pour la prévention, pour aider les malades et leurs familles", a expliqué Axel Kahn. "Elle a presque une délégation de service public." Contrairement à d'autres associations, la Ligue n'a pas constaté de baisse des dons depuis la suppression de l'ISF. "Dans la dernière année, il y a une augmentation globale des dons et des legs. La Ligue arrive à redistribuer pour le cancer 106 millions d'euros par an", explique le professeur.  

"Pas de raison de s'opposer" à la PMA

Axel Kahn ne verrait "pas de raison de [s]'opposer à la revendication des femmes" s'il était député. Plusieurs enquêtes indiquent "qu'il n'y a pas de différence significative selon les types de famille [avec ou sans père] quant à l’avenir des enfants et leur épanouissement", assure-t-il. "On n'a pas l'impression qu'accéder à la demande des femmes équivale à faire perdre une chance aux enfants. Pour quelle raison un député devrait-il s'opposer à cela ?", pousuit le médecin essayiste, qui reconnaît avoit évolué sur la question : "Il y a vingt ou trente ans, mon incertitude sur ce qui était le mieux pour les enfants m'amenait à rester dans l'expectative."

Affaire Lambert : "une situation inextricable"

Pour le généticien, la blocage de la situation de Vincent Lambert "n'a rien à voir" avec la loi de 2016. "Comme il n'a pas donné de directives anticipées, on demande aux ayants droit. Ses proches naturels s'opposent. Cette situation-là est presque inextricable" se désole Axel Kahn. 

Retrouvez l'intégralité de l'émission "8h30 Fauvelle-Dély" du mardi 2 juillet 2019 :

Axel Kahn, généticien, président de la Ligue contre le cancer, invité du \"8h30 Fauvelle-Dély\", mardi 2 juillet 2019. 
Axel Kahn, généticien, président de la Ligue contre le cancer, invité du "8h30 Fauvelle-Dély", mardi 2 juillet 2019.  (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)