Cet article date de plus d'un an.

Sobriété énergétique, application Ecowatt, coupures électriques, centrales à charbon... Ce qu'il faut retenir de l'interview du président du directoire de RTE

Xavier Piechaczyk était l'invité du "8h30 franceinfo", jeudi 1er décembre 2022.

Article rédigé par France Info
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 25 min
Xavier Piechaczyk, président du directoire de RTE, était l'invité du "8h30 franceinfo", jeudi 1er décembre 2022. (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)

Xavier Piechaczyk, président du directoire de RTE, était l'invité du "8h30 franceinfo", jeudi 1er décembre 2022. Sobriété énergétique, application Ecowatt, coupures électriques, centrales à charbon... Il répond aux questions de Marc Fauvelle et Renaud Dély.

Sobriété électrique : la France consomme environ "moins 6 % par rapport à une année normale"

Xavier Piechaczyk indique que la France consomme aujourd'hui environ "moins 6 % par rapport à une année normale", car "la grande industrie a limité sa production". "Les particuliers commencent à baisser leur consommation", de 1% ajoute-t-il. "C'est l'effet de la sobriété et c'est des messages", selon lui. En revanche, RTE ne voit pas de baisse dans le tertiaire : "C'est un problème. Il faut que les entreprises se mobilisent", dit-il. Beaucoup d'entreprises ne sont pas équipées d'ampoule LED : 'Il y a encore deux tiers du parc tertiaire qui est équipé de vieilles ampoules et de tubes néon", indique-t-il.

Application EcoWatt : l'application EcoWatt n'est "pas assez" téléchargée

"On est à 470 000 abonnés par SMS et notre application EcoWatt a été téléchargée de l'ordre de 300 000 fois. Ce n'est pas assez",réagit Xavier Piechaczyk.
Les autorités ont mis en place le dispositif d'alerte EcoWatt pour informer les Français de coupures éventuelles si la consommation ne baisse pas après l'émission d'une alerte. "Il faut qu'on en fasse la publicité" de cette application. "J'aimerais que beaucoup plus de Français soient abonnés à ce signal".

Coupures d'électricité : "Quelques millions de Français concernés"

Les coupures temporaires programmées "concernent la plupart du temps quelques pourcentages de la consommation française. Ça peut aller jusqu'à quelques millions de Français. C'est déjà beaucoup. Mais si on fait tous les gestes, ce sera beaucoup moins", explique-t-il. "Il y a des établissements, essentiellement des établissements de santé, ceux liés à la défense nationale et à la sécurité, qui ne peuvent pas être coupés", souligne-t-il. Mais "il ne faut pas considérer les coupures comme une fatalité", dit-il.

Solidarité européenne : la France "est très légèrement importatrice" d'électricité

"La France est très légèrement importatrice déjà sur l'ensemble de l'année et il faut parier sur un hiver où on sera très très importateur parce qu'on a besoin de cette électricité", indique Xavier Piechaczyk alors que l'Allemagne et la France ont trouvé un accord de "soutien mutuel" sur leur approvisionnement.

"Historiquement, la France était très exportatrice parce qu'elle avait un parc nucléaire très gros", explique-t-il. Mais les "difficultés passagères" changent la donne : "Elles vont se résoudre, mais ça va prendre quelques années. Pendant ce temps, on importe de l'électricité." Parmi les voisins européens, "aucun pays ne rechigne à nous faire passer de l'électricité si on en a besoin", souligne le président du directoire de RTE.

Réouverture des centrales à charbon : "C'est une forme de filet de sécurité"

La centrale à charbon Émile-Huchet de Saint-Avold (Moselle), fermée en mars dernier, a recommencé à produire de l'électricité : "C'est une forme de filet de sécurité. Le charbon en France, c'est entre 1% et 2 % de la production d'électricité, donc ça reste très faible", indique Xavier Piechaczyk. "C'est un moyen qu'on active en dernier recours", souligne-t-il. Selon lui, "on paye aussi une forme de lenteur dans les énergies renouvelables en France".

----------------------------

Retrouvez l'intégralité du "8h30 franceinfo" du jeudi 1er décembre 2022 :

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.