Cet article date de plus d'un an.

Incidents au Stade de France, pouvoir d'achat, législatives... Le 8h30 franceinfo de Jean-François Copé

Jean-François Copé, maire Les Républicains de Meaux (Seine-et-Marne), était l’invité du 8h30 franceinfo, mardi 31 mai.

Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 25 min
Jean-François Copé, maire LR de Meaux, était mardi 31 mai l’invité du 8h30 franceinfo.  (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)

Jean-François Copé, maire Les Républicains de Meaux, en Seine-et-Marne, était l’invité du 8h30 franceinfo mardi 31 mai. Il répondait aux questions de Salhia Brakhlia. 

Incidents au Stade de France : l'explication de l'exécutif "pas crédible"

Jean-François Copé a jugé que l'explication de Gérald Darmanin concernant les incidents au Stade de France samedi en finale de Ligue des champions "n'est pas crédible quand on connaît l'atmosphère de la banlieue parisienne et notamment de ce qu'il se passe en Seine-Saint-Denis". Le ministre de l'Intérieur a expliqué lundi que c'est une "fraude massive, industrielle et organisée" aux faux billets est la cause du fiasco. "Personne ne pense une seconde que ce sont les hooligans anglais qui à eux seuls ont commis ce qu'il s'est passé, il y a des responsabilités multiples", a ajouté l'ancien ministre et ex-président de l'UMP. Selon lui, "on ne peut pas nier la réalité. Il y a une violence dans cette partie de l'Île-de-France et des voyous ont débarqué et ont fait les pires choses".

Inflation : "On est en train de mentir aux gens" 

"Ce qui m'inquiète énormément, c'est qu'on est encore en train de mentir aux gens, on est en train de leur dire 'on va vous faire des chèques'" pour faire face à l'inflation, a estimé Jean-François Copé. Il était interrogé sur le projet de loi sur le pouvoir d'achat du gouvernement, qui sera le premier texte examiné au parlement si Emmanuel Macron obtient une majorité à l'Assemblée à l'issue des élections législatives, alors que l'inflation en France a continué d'accélérer en mai pour atteindre 5,2% sur un an, selon une première estimation publiée ce mardi par l'Insee.

"Il y a le chèque carburant, puis après il va y avoir le chèque habillement, puis le chèque ameublement... Je rappelle que tout cela ne tombe pas du ciel", a raillé l'ancien ministre délégué au Budget sous Nicolas Sarkozy. Pour lui, l'inflation est liée "à l'accumulation crise sanitaire puis guerre en Ukraine qui fait que nous avons des problèmes d'approvisionnement sur de très nombreux secteurs et que si cela se traduit par de la dépense publique supplémentaire, c'est de la dette pour le financement".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.