8h30 Toussaint-Aphatie, France info

"Lobbies sionistes" aux USA : Jean-Frédéric Poisson "demande pardon" à la communauté juive

Le candidat à la primaire de la droite et du centre a réagi, lundi 24 octobre, sur franceinfo après ses propos polémiques sur les "lobbies sionistes" aux États-Unis. Jean-Frédéric Poisson a demandé "pardon" aux membres de la communauté juive en France.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Jean-Frédéric Poisson, président du Parti chrétien démocrate, candidat à la primaire de la droite et du centre.
Jean-Frédéric Poisson, président du Parti chrétien démocrate, candidat à la primaire de la droite et du centre. (JEAN-CHRISTOPHE BOURDILLAT / RADIO FRANCE)

Le 19 octobre dernier, Jean-Frédéric Poisson a déclaré dans Nice-Matin que "la proximité de madame Clinton avec les supers financiers de Wall Street et sa soumission aux lobbies sionistes sont dangereuses pour l'Europe et la France"Lundi 24 octobre sur franceinfo, le candidat à la primaire de la droite et du centre est revenu sur ses propos polémiques. "Je vois bien que les propos que j'ai prononcés ont provoqué de l'inquiétude et de la peur chez beaucoup de personnes membres de la communauté juive en France. J'en suis désolé. Je leur demande pardon pour ça. Ce n'était pas mon intention de blesser. Je n'ai pas de haine à l'égard de quiconque. C'est bien plus que des excuses", a-t-il expliqué.

Jean-Frédéric Poisson est revenu sur le sujet qui a fait polémique la semaine dernière, en développant son point de vue sur la question. "La paix au Proche-Orient réclame une position équilibrée entre la sécurité d'Israël d'un côté et la dignité du peuple palestinien de l'autre côté." Dans le discours d'Hillary Clinton, "il y a une volonté de ne pas tenir compte, en aucune manière, de ce que les Palestiniens souhaitent faire valoir, de se préoccuper uniquement, c'est un sujet que je comprends, de la sécurité d'Israël et du rapprochement des États-Unis avec Israël."

Plus de points communs avec le FN qu'avec NKM sur certains sujets

Nathalie Kosciusko-Morizet a saisi, vendredi, la Haute Autorité de la primaire de la droite pour qu'elle se "prononce" sur le respect de la charte de celle-ci par Jean-Frédéric Poisson. Le président du Parti chrétien démocrate ne craint pas d'être exclu de la primaire. "Il y a dans la réaction de certains de mes concurrents beaucoup de théâtre. Ils savent parfaitement qui je suis, on se connaît depuis longtemps, nous siégeons dans le même groupe, nous avons combattu les mêmes ennemis. Ils savent quel est l'investissement qui est le mien pour se bagarrer contre le terrorisme et quand je me bats contre le terrorisme et l'islamisme radical, je me bats aussi contre l'antisémitisme."

Nathalie Kosciusko-Morizet a aussi reproché à Jean-Frédéric Poisson d'avoir un discours qui n'est pas toujours celui de la droite. "On m'a beaucoup reproché d'avoir déclaré que j'étais plus proche sur certains sujets de Marion Maréchal-Le Pen que de Nathalie Kosciusko-Morizet, mais c'est la vérité", a-t-il reconnu.

Il se rapproche du Front national "sur le respect de la vie [avortement, euthanasie et peine de mort], par exemple, sur le mariage pour tous, sur la dépénalisation du cannabis." Pour lui, "respecter les valeurs de la droite et du centre, c'est d'abord respecter sa signature et son engagement."

Si Jean-Frédéric Poisson partage certains arguments du FN, il n'est pas "pour des alliances politiques avec le Front national."

Plaidoyer pour plus de concertation à Calais

Alors que le démantèlement de la "Jungle" de Calais a tout juste débuté, que les migrants vont être répartis dans toute la France, Jean-Frédéric Poisson conteste les moyens d'action employés : "Le devoir que nous avons est double : dire à ces migrants qu'il y a beaucoup moins d'avenir que ce qu'on leur dit en venant en France, parce que nous ne sommes pas en situation de leur proposer un avenir durable. Nous avons l'obligation de les traiter de la plus digne des façons. Chacun doit y prendre sa part. Cela doit se faire dans la concertation, cela ne doit pas se faire de manière imposée du haut de l'État par le préfet."

Jean-Frédéric Poisson affirme s'être rendu à Calais, "bien avant le démarrage de la campagne des primaires, j'ai été absolument horrifié par ce que j'ai vu d'indignité des conditions de vie de toutes ces personnes, plus indignes que tous les camps de réfugiés que j'ai visités."

Regardez l'intégralité de l'entretien de Jean-Frédéric Poisson sur franceinfo


"Lobbies sionistes" aux USA : Jean-Frédéric... par franceinfo

Jean-Frédéric Poisson, président du Parti chrétien démocrate, candidat à la primaire de la droite et du centre.
Jean-Frédéric Poisson, président du Parti chrétien démocrate, candidat à la primaire de la droite et du centre. (JEAN-CHRISTOPHE BOURDILLAT / RADIO FRANCE)