Cet article date de plus de cinq ans.

David Rachline : "C’est l’intégralité de l’Outre-mer qui a été abandonnée par le gouvernement"

écouter (25min)

Invité du 8h30 de Jean-Michel Apathie sur franceinfo, David Rachline, le directeur de campagne de Marine Le Pen, a appelé à la création d’un "ministère d'État de la Mer et de l'Outre-mer", estimant que l’Outre-mer avait été abandonné par le gouvernement.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 3 min.
Selon un sondage du Figaro, 72% des Français sont très hostiles à la sortie de l'euro. (JEAN-CHRISTOPHE BOURDILLAT / RADIO FRANCE)

David Rachline, le directeur de campagne de Marine Le Pen, était l’invité du 8h30 de Jean-Michel Apathie. Après le refus du plan d’urgence à 1 milliard d’euros proposé par le gouvernement, les négociations sont rompues en Guyane. La ministre des Outre-mer Erika Bareigh est rentrée en France et va être reçue par Bernard Cazeneuve ce matin pour une réunion interministérielle sur la question. "Il y a des choses dont on ne parle pas comme la grande problématique qui est celle de l’immigration sur place, avec l'acquisition automatique de la nationalité", a réagi le sénateur-maire FN de Fréjus (Var).

Créer un ministère d'Etat de la mer et de l'Outre-mer ?

"On ne peut pas accepter de les voir être abandonnés par le gouvernement, déplore-t-il. C’est l’intégralité de l’Outre-mer qui a été abandonnée par le gouvernement. Et les voir réagir comme ça, quelques jours avant l’élection présidentielle, ne m’apparait comme étant pas très sérieux." Pour David Rachline, "il faut un signal fort, et cela doit être un ministère d'Etat de la mer et de l'Outre-mer". 

Interrogé sur la pertinence de proposer aux Français la sortie de la France par réferendum alors qu’une telle proposition figure déjà au programme du Front national pour l’élection présidentielle, ce dernier évoque une évolution possible de l’Union européenne qui permettrait de s’y maintenir. "Nous continuons à démontrer l'échec, l'aggravation de la situation pour nombre de nos compatriotes. Il faut retrouver de la compétitivité avec notre indépendance monétaire. Pour récupérer nos souverainetés monétaires, économiques, territoriales, ces décisions seront sanctionnées par un référendum", explique-t-il. Selon David Rachline, si l’Union européenne évoluait "positivement", la France pourrait, alors, ne pas en sortir.

L'euro, une "vache sacrée" inadaptée

 Dans son programme, le Front national se positionne pour une sortie de l'euro. Selon un sondage du Figaro, 72% des Français sont très hostiles à la sortie de l'euro. Un résultat qui n'effraie pas David Rachline, sénateur-maire FN de Fréjus (Var). "Il n'y a pas eu de débat sur le sujet. L'euro est vu aujourd'hui par un certain nombre d'observateurs et par une grande partie de la classe politique comme étant une vache sacrée à laquelle on n'a pas le droit de toucher." Le Front national veut une sortie de l'euro car "on le voit bien, on a une monnaie qui n'est pas adaptée à notre économie et il nous faut rétablir notre compétitivité", a expliqué David Rachline.

En meeting à Bordeaux ce week-end, Marine Le Pen a fait huer les médias et notamment BFM TV. L'objectif de ce discours "est de dire la vérité", a réagi le sénateur-maire FN de Fréjus (Var). "Ce qu'elle a dit s'est produit. Après la rediffusion du meeting de Marine sur BFM, il y avait un plateau avec des éditorialistes hostiles. C'est vrai que ce n'est pas le traitement qui est réservé à d'autres candidats, donc on s'en étonne." David Rachline a insisté sur le fait qu'il "doit y avoir un traitement qui est équitable entre les uns et les autres et nous constatons que ce n'est pas toujours le cas".

Les personnes présentes au meeting de Marine Le Pen, à Bordeaux, ont sifflé d'elles-mêmes, selon David Rachline et non sous l'influence de quelqu'un. "Les gens ont sifflé parce qu'ils considéraient que le traitement qui nous était réservé était souvent injustifié."

David Racheline a enfin confirmé que le Front national allait porter plainte contre le journal Le Monde. Dans le cadre de l'enquête sur les soupçons d'emplois fictifs d'assistants parlementaires européens du  FN à Strasbourg, une lettre de Wallerand de Saint Just à Marine Le Pen, avait été saisie avant d'être dévoilée mercredi par le quotidien du soir. Dans cette lettre datée de juin 2014, juste après les élections européennes, le trésorier du parti proposait de faire "des économies importantes grâce au Parlement européen et si nous obtenons des reversements supplémentaires." Le Front national avait laissé entendre que les journalistes du quotidien du soir payaient leurs informations pour avoir accès aux procès-verbaux dans les affaires notamment.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.