Une reconstruction de la gauche "est indispensable" estime Carole Delga, présidente de la région Occitanie et soutien d’Anne Hidalgo

écouter (7min)

Pour reconstruire la gauche, "il faut être lucide sur notre état de faiblesse et sur le fait que nous n'avons pas assez travaillé ces dernières années", estime la présidente de la région Occitanie.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Carole Delga, présidente de la région Occitanie, était l'invitée de franceinfo le 28 mars 2022. (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)

"Il est indispensable d'avoir la construction de cette gauche républicaine. J'ai appelé à des états généraux. J'y prendrai toute ma part, ma responsabilité et je serai animatrice d'un collectif", a déclaré lundi 28 mars sur franceinfo Carole Delga, présidente de la région Occitanie.

>> Les dernières actualités sur la présidentielle à suivre dans notre direct

"Ce dont a besoin la France c'est une gauche républicaine, une gauche qui sait concilier économie et écologie, c'est une gauche qui parle sécurité et qui lutte contre le communautarisme", estime celle qui soutient Anne Hidalgo candidate à l’élection présidentielle. 

"Il faut être lucide sur notre état de faiblesse"

François Hollande a annoncé qu'il voulait reconstruire la gauche. Pour Carole Delga, l'ancien président socialiste "ne demande pas de leadership, mais nous allons devoir, à la rentrée, être dans une force de propositions pour expliquer aux Françaises et au Français ce que la gauche de gouvernement peut apporter", dans le débat. Pour reconstruire la gauche, "il faut être lucide sur notre état de faiblesse et sur le fait que nous n'avons pas assez travaillé ces dernières années."

"Quand on veut mener un travail, il faut en premier rassembler avant d'exclure."

Carole Delga, présidente de la région Occitanie

à franceinfo

Pour les prochaines élections, la gauche "doit être au rendez-vous. On ne doit pas commencer à stigmatiser les uns ou les autres", a expliqué Carole Delga. Malgré tout, "il n'y aura pas d'accord avec La France insoumise" pour cette présidentielle. "Jean-Luc Mélenchon aurait pu être celui qui rassemblait la gauche" il y a cinq ans. "Il a refusé. Cela fait cinq ans qu'il nous explique qu'il n'est ni de droite, ni de gauche et qu'il représente le peuple. Là, maintenant, il nous parle de vote utile. Il faut avoir un peu de sérieux, de cohérence." Carole Delga souhaite "un accord avec les bonnes volontés de la gauche responsables, les communistes, les écologistes et les radicaux de gauche".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.