Projet de loi immigration : "Toutes les avancées obtenues par le Sénat, qui permettaient de durcir la politique en matière d'immigration, ont disparu", regrette Thomas Ménagé, porte-parole du groupe RN

"Les Français attendent de la fermeté, donc on ne peut pas accepter la mise en place d'une nouvelle filière d'immigration", a déclaré le député du Rassemblement national.
Article rédigé par France Info
Radio France
Publié
Temps de lecture : 6 min
Thomas Ménagé, porte-parole du groupe RN à l'Assemblée nationale, député du Loiret, en février 2023. (LUDOVIC MARIN / AFP)

"Toutes les avancées obtenues par le Sénat, qui permettaient de durcir la politique en matière d'immigration, ont disparu", a regretté vendredi 1er décembre sur franceinfo Thomas Ménagé, porte-parole du groupe RN à l'Assemblée nationale, député du Loiret, alors que le projet de loi immigration est examiné par la commissions des Lois à l'Assemblée nationale.

"Une alliance entre l'extrême gauche, La France insoumise et Renaissance, a permis de supprimer la quasi-totalité des avancées obtenues par la droite sénatoriale et surtout de réinstaller définitivement l'article qui va procéder à une régularisation massive des travailleurs clandestins dans notre pays. On voit encore une fois que le gouvernement est à côté des attentes des Français."

Thomas Ménagé n'est pas favorable à la régularisation des sans-papiers dans les filières en tension. "Il s'agit de régulariser des personnes en situation irrégulière dans notre pays. L'an dernier, près de 500 000 étrangers en situation régulière sont entrés sur notre pays, il y a entre 600 000 et 900 000 clandestins, les Français attendent de la fermeté, donc on ne peut pas accepter la mise en place d'une nouvelle filière d'immigration."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.