Présidentielle : "N'attendez pas un sauveur suprême, nous sommes en capacité, nous travailleurs, de nous organiser", lance Nathalie Arthaud

écouter (7min)

La candidate Lutte ouvrière à l’élection présidentielle estime "qu'aucun homme ne peut incarner le rapport de force contre le grand patronat et les financiers".

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
La candidate Lutte Ouvrière Nathalie Arthaud était l'invitée des matins présidentiels de franceinfo samedi 2 avril 2022. (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)

"N'attendez pas un sauveur suprême, nous sommes en capacité, nous travailleurs, de nous organiser, de réagir collectivement et donc de défendre nos conditions d'existence", a déclaré lundi 4 avril sur franceinfo Nathalie Arthaud, candidate Lutte ouvrière (LO) à l’élection présidentielle.

"La situation est en train d'être complètement bouleversée par cette guerre, il va y avoir des conséquences très graves en termes économiques, analyse la candidate. Il y a une aggravation de la crise, tout l'argent que les grands groupes ne feront pas en Russie, en Ukraine, tous ces marchés qui sont en train d'être bouleversés, cela va se retourner contre nous comme d'habitude, contre les hommes et les femmes du travail."

"Il va y avoir un chantage encore plus grand à la compétitivité, on va nous demander des sacrifices à cause de cette crise. Je dis qu'il faut se préparer à s'organiser, à se défendre, à riposter. Les travailleurs en sont capables."

Nathalie Arthaud, candidate LO à la présidentielle

à franceinfo

Jean-Luc Mélenchon a appelé à un vote efficace à gauche, c'est-à-dire pour lui. "Ce sont des illusions de faire croire que le prochain président de la République va nous protéger de l'effondrement du pouvoir d'achat, de cette inflation folle, de cette précarité. Je n'y crois pas", affirme la candidate LO.

Nathalie Arthaud estime "qu'aucun homme ne peut incarner le rapport de force contre le grand patronat et les financiers. Ce rapport de force doit être social. Cela veut dire des millions de femmes et d'hommes dans la rue qui se battent pour leurs droits." En ce moment, "tous les Etats sont en train de prévoir leur réarmement. Ce n'est pas pour faire la transition écologique. On est engagé dans une fuite en avant avec une guerre économique."

Revoir l'émission en intégralité :

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.