Présidentielle 2022 : "Nous avons absolument besoin de cinq ans de plus d'Emmanuel Macron", estime Pieyre-Alexandre Anglade, député LREM

écouter (7min)

 Députés, sénateurs et ministres de La République en marche se sont réunis lundi et mardi à Angers. L'objectif de ces journées parlementaires était, entre autres, de resserrer les rangs à huit mois de la présidentielle.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Pieyre-Alexandre Anglade, porte-parole du groupe LREM à l’Assemblée nationale, député des Français du Benelux, le 9 septembre 2021 sur franceinfo. (FRANCEINFO)

"Nous sommes en temps de crise, nous avons absolument besoin de cinq ans de plus d'Emmanuel Macron", estime mardi 7 septembre sur franceinfo Pieyre-Alexandre Anglade, porte-parole du groupe La République en marche à l’Assemblée nationale.

Au moment où toutes les familles politiques se divisent, nous nous rassemblons.

Pieyre-Alexandre Anglade

franceinfo

L'objectif selon le député des Français du Benelux,"est de continuer à rassembler pour construire autour d'Emmanuel Macron un projet politique qui nous permette de préparer la France de 2030", avec le Modem, Agir, mais aussi l'ancien Premier ministre Édouard Philippe - "un soutien de la majorité".

Nous allons relocaliser les emplois, bâtir un nouveau modèle social et un nouveau modèle européen

Pieyre-Alexandre Anglade

franceinfo

Le porte-parole des députés marcheurs explique que les journées parlementaires LREM, qui se sont terminées mardi à Angers, étaient "la première étape vers 2022".

"Nous n'avons pas le droit à l'erreur", y a notamment déclaré Jean Castex. Pieyre-Alexandre Anglade abonde : "À huit mois d'échéances électorales extrêmement importantes pour le pays et pour l'Europe", les élus LREM doivent "rester concentrés" et "réformer" jusqu'au bout.

Cela passera, "si les conditions sont réunies", par la réforme du système des retraites, qui ne sera pas une "réformette", promet-il. "Le président de la République a dit lors de son allocution du 12 juillet que cette réforme était juste et nécessaire. Il a posé deux conditions pour la mettre en œuvre : que la situation économique s'améliore, nous y sommes, et que la situation sanitaire redevienne à la normale, nous n'y sommes pas encore."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.