La France construit "un nouveau modèle énergétique fondé sur le nucléaire et le renouvelable", affirme le député LREM François de Rugy

écouter (7min)

L'ancien ministre de l'Ecologie salue la "stratégie sur 10 ans" d'Emmanuel Macron, présentée jeudi 10 février lors d'une visite à Belfort.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
François de Rugy lors de la session de questions au gouvernement à l'Assemblée nationale, le 17 septembre 2019. (DOMINIQUE FAGET / AFP)

"Nous sommes en train de construire en France un nouveau modèle énergétique fondé sur le nucléaire et le renouvelable", a affirmé jeudi 10 février sur franceinfo François de Rugy, député LREM du Maine-et-Loire et ancien ministre de l'Ecologie, après l'annonce par Emmanuel Macron de la feuille de route sur l'avenir énergétique de la France. Le chef de l'Etat souhaite notamment la construction de six réacteurs de nouvelle génération et a insisté sur la nécessité de "reprendre le fil de la grande aventure du nucléaire en France".

"C'est la bonne vieille idée française. On ne met pas tous ses œufs dans le même panier", lance François de Rugy. "Pour relever le défi à la fois du climat et de l'économie décarbonée, il faut avoir les trois piliers de cette politique énergétique française", a-t-il argumenté. Il faut "d'abord, réduire nos consommations partout où on le peut grâce à la technologie. Ensuite, développer les énergies renouvelables. Et enfin renouveler le nucléaire français avec des futurs réacteurs."

Une écologie "pragmatique"

Le député LREM estime que le président de la République "trace un chemin où l'on prend le temps à chaque fois de l'analyse, du débat et de la décision". Selon lui, la France n'est pas, aujourd'hui, "en mesure d'assurer la sécurité d'approvisionnement en électricité sans le nucléaire, parce que nous n'avons pas de capacité de stockage de l'électricité". C'est "un produit frais qui ne se stocke pas ou très peu". Il affirme que "si on voulait avoir l'ensemble de la consommation qui soit couverte par les énergies renouvelables, il faudrait, soit des grosses capacités de stockage, soit une baisse drastique de la consommation d'électricité, ce que les Français n'accepteraient pas".

François de Rugy se présente comme un "écologiste pragmatique" et reconnaît avoir "évolué sur la question du nucléaire", quand il était ministre de l'Ecologie. Il rappelle que "pendant 20 ans, tout a été mis à l'arrêt, comme si on allait pouvoir supporter le fait que l'on ferme les vieilles centrales au fioul, les vieilles centrales au charbon, que l'on ne fasse pas de nouvelles centrales au gaz".

Il pointe les énergies renouvelables qui "se heurtent à un certain nombre d'hostilités" et souligne que l'on n'a "plus fait de nucléaire, on n'a pas préparé le prolongement de toutes les centrales". La situation est donc "aujourd'hui plus tendue".

Le député vante donc la volonté d'Emmanuel Macron d'avoir une "stratégie sur 10 ans". "Il faut absolument avoir ce chemin, pour que la France ne se retrouve, ni en situation de relancer des centrales thermiques qui seraient nuisibles au climat, ni en situation de risques sur l'approvisionnement d'électricité", ajoute François de Rugy.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.