Guerre en Ukraine : Nicolas Bay, vice-président de reconquête, pointe "la nécessité d'une autosuffisance énergétique" de la France

écouter (7min)

Alors que Moscou menace de ne plus livrer de gaz russe aux pays qui ne payeront pas en roubles, le soutien d'Éric Zemmour plaide jeudi pour "poursuivre et accélérer" le développement du nucléaire.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Nicolas Bay, député européen du Rassemblement national (RN)¸ le 2 novembre 2021 sur franceinfo. (FRANCEINFO / RADIO FRANCE)

Le président russe Vladimir Poutine menace de couper dès vendredi 1er avril le gaz russe aux pays qui ne paieront pas en roubles. Dans ce contexte, le vice-président exécutif de Reconquête!, Nicolas Bay, a pointé jeudi sur franceinfo "la nécessité d'une véritable autosuffisance énergétique" de la France. Cette "indépendance énergétique passe évidemment par le nucléaire", plaide le soutien du candidat à l'élection présidentielle Éric Zemmour.

"Emmanuel Macron a passé son quinquennat à faire la guerre au nucléaire, notamment avec la fermeture de Fessenheim", dénonce Nicolas Bay. "Très récemment, il en a redécouvert l'intérêt en annonçant la construction d'un nouveau réacteur." Pour le représentant de Reconquête !, "il faut évidemment s'engager, poursuivre et accélérer dans cette voie-là qui est la garantie d'une énergie produite en France, pas chère et décarbonée".

Une guerre qui "confine la démocratie"

Nicolas Bay affirme avoir "du mal à porter un jugement sur Vladimir Poutine" qui se comporte, selon lui, "comme un adversaire de nos intérêts. Il défend ce qu'il considère être les intérêts de la Russie. Cela montre simplement que l'on doit être capable de défendre nos intérêts". Le vice-président de Reconquête! raille "ceux qui vivent depuis des années dans l'illusion d'un monde prétendument multipolaire où les nations ne défendraient pas leurs intérêts".

Il voit dans la guerre en Ukraine la preuve que "les nations défendent leurs intérêts, que les frontières ont un sens, que les pays ne veulent pas accepter de se fondre dans un village global". Et, selon lui, il y a "dans la compétition mondiale, des adversaires, des ennemis, qui n'hésitent pas à défendre leurs intérêts, parfois de manière extrêmement brutale".

Nicolas Bay estime par ailleurs que la guerre en Ukraine "a confiné la démocratie. Cela empêche la campagne électorale." Il tacle Emmanuel Macron qui est, selon lui, "ravi" de la situation, car "il essaie d'échapper à son bilan, d'échapper au légitime inventaire que les Français veulent faire d'un mandat qui a été désastreux et dont les Français ont souffert". Le soutien d'Éric Zemmour constate que le chef de l'État "joue au chef de guerre, alors qu'il n'y a pas la guerre sur notre sol, pour empêcher que la campagne électorale ait lieu dans des conditions normales". Nicolas Bay juge cela "détestable" car les Français "ont le droit à ce grand moment de démocratie".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.