Vidéo "On est tout le temps sur le fil" : pour certains chefs de chantier, "la sécurité, c'est plutôt une contrainte", dénonce une directrice d'agence d'intérim

Publié
Durée de la vidéo : 3 min
"On est tout le temps sur le fil" : pour certains chefs de chantier, "la sécurité, c'est une contrainte", témoigne une directrice d'agence d'intérim
"On est tout le temps sur le fil" : pour certains chefs de chantier, "la sécurité, c'est une contrainte", témoigne une directrice d'agence d'intérim "On est tout le temps sur le fil" : pour certains chefs de chantier, "la sécurité, c'est une contrainte", témoigne une directrice d'agence d'intérim (COMPLÉMENT D'ENQUÊTE/FRANCE 2)
Article rédigé par France 2
France Télévisions
Pourquoi les intérimaires sont-ils les premières victimes d'accidents du travail ? Ils y sont deux fois plus exposés que les autres salariés. Dans cet extrait de "Quand le travail tue", un document de "Complément d'enquête", la directrice d'une agence Randstad, spécialisée dans le BTP, livre un témoignage choc. Sous couvert d'anonymat, elle décrit une entreprise où la sécurité des ouvriers serait loin d'être la priorité.

En tant que directrice d'agence, elle visite régulièrement les chantiers sur lesquels elle envoie des intérimaires, et ce qu'elle y constate n'est pas toujours de nature à la rassurer sur leurs conditions de travail : "Parfois, c'est tendu. On voit que le chef de chantier, soit n'a pas les compétences, soit ne souhaite pas les mettre en œuvre. Pour lui, la sécurité, c'est plus une contrainte", témoigne-t-elle.

Quant à elle, la crainte d'un accident ferait partie de son quotidien. "On est tout le temps sur le fil entre 'Je mets une personne supplémentaire en poste', et 'J'espère qu'il ne lui arrivera rien', confie-t-elle." Elle avoue qu'il lui arrive de missionner des ouvriers en sachant qu'ils travailleront peut-être dans des conditions dangereuses : "Dans ces cas-là, on prévient le salarié d'être très, très attentif à ce qu'on va lui demander de faire."

Tests de sécurité bâclés ?

Avant d'arriver sur un chantier, un intérimaire doit passer un test de sécurité. Chez Randstad, selon cette directrice d'agence, la pression du chiffre pousserait à bâcler cette étape préparatoire. Même lorsque le résultat est à peine suffisant, même si sa compréhension des questions laisse à désirer (les réponses lui seraient alors soufflées), il arrive qu'il soit tout de même envoyé sur la mission.

Sur le chantier, le travailleur est accueilli par le tuteur du personnel intérimaire. A ce moment-là, explique la directrice d'agence, il reçoit "éventuellement une nouvelle information à la sécurité"... qui n'excéderait pas une dizaine de minutes, selon elle. En moins d'une heure, une personne pourrait donc être considérée comme prête à travailler en intérim sur un chantier…

Extrait de "Quand le travail tue", un document de "Complément d'enquête" à voir le 20 avril 2023.

> Les replays des magazines d'info de France Télévisions sont disponibles sur le site de Franceinfo et son application mobile (iOS & Android), rubrique "Magazines".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.