Vidéo "Un pied de nez envers les victimes, la police et la justice", dit le demi-frère de la petite Cécile à propos du suicide du "Grêlé"

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 1 min.
VIDEO. "Un pied de nez envers les victimes, la police et la justice", dit le demi-frère de la petite Cécile à propos du suicide du "Grêlé"
Article rédigé par
France Télévisions

Luc Richard-Bloch avait vingt-quatre ans quand il a croisé le violeur et l’assassin de sa petite sœur de 11 ans dans l’ascenseur de leur immeuble parisien en 1986. Le soulagement qu’il a ressenti au dénouement de l’affaire s’est transformé en colère après le suicide de François Vérove… Extrait du magazine "13h15 le samedi" du 9 octobre 2021.

Les policiers ont traqué pendant trente-cinq ans celui qu’ils ont appelé l’"homme au visage grêlé". Le 30 septembre 2021, l’un des plus vieux "cold cases" français a été élucidé grâce à des expertises ADN. Elles ont confirmé que l'ex-gendarme et policier à la retraite François Vérove, 59 ans, qui s'est suicidé au Grau-du-Roi, dans le département du Gard, était bien le tueur en série.

L’ancien motocycliste de la Garde républicaine, avant d’intégrer la brigade motocycliste urbaine de la police dans les Bouches-du-Rhône et de devenir chef de l'une des brigades de Montpellier (Hérault), ne s’en prenait pas qu’à des fillettes. Recherché pour trois meurtres et cinq viols, il a en effet agressé des jeunes femmes et assassiné deux adultes. Et les enquêteurs ont longtemps pensé que ces crimes étaient l’œuvre de plusieurs individus.

Son dernier crime connu remonte à 1994…

François Vérove, convoqué par la police dans le cadre de l’enquête qui avait convoqué 750 gendarmes en poste dans la région parisienne à l'époque des faits, s'est donné la mort dans un appartement qu’il avait loué fin septembre. "L’idée d’apprendre qu’il était mort m’a arrêté dans ce soulagement", confie Luc Richard-Bloch, le demi-frère de la petite Cécile, 11 ans, violée et tuée à Paris en 1986.

Est-il en colère ? "Bien sûr que je suis en colère, c’est évident. Malheureusement, je prends son suicide, non pas comme une forme de justice que l’on aurait rendue à Cécile, mais comme un véritable pied de nez envers les victimes, la police et la justice." Le "Grêlé" a laissé derrière lui une lettre d'aveux dans laquelle il reconnaît plusieurs crimes et affirme n’en avoir pas commis depuis 1997. Son dernier crime connu remonte à 1994…

> Les replays des magazines d'info de France Télévisions sont disponibles sur le site de Franceinfo et son application mobile (iOS & Android), rubrique "Magazines".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.