Cet article date de plus d'un an.

Vidéo Les vols d'épicéas et de chênes dans les forêts de l'Ariège pourraient alimenter un trafic entre la France et l'Espagne

Publié Mis à jour
VIDEO. Les vols d'épicéas et de chênes dans les forêts de l'Ariège pourraient alimenter un trafic entre la France et l'Espagne
Article rédigé par
France Télévisions

Est-ce le début d’un nouveau type de trafic ? D’après les gendarmes, il serait orchestré de l’autre côté des Pyrénées, en Espagne… Extrait du magazine "13h15 le samedi" du 29 mai 2021.

Si les vols de bois en Ariège se réglaient habituellement loin des tribunaux, l’ampleur du phénomène aujourd’hui a fait que la justice s’en est saisie. Des épicéas et des chênes parfois centenaires ont été tronçonnés et arrachés à des parcelles de la forêt ariégeoise. Cette fois, les victimes sont dix-sept petits propriétaires forestiers ! L’enquête relève désormais du procureur de Foix, la préfecture du département.

Ce jour-là, réunion entre le représentant de l’Etat et des gendarmes pour s’assurer que toutes les victimes ont pu déposer plainte, régler la question du préjudice, notamment environnemental, voir si les auteurs ont pu être identifiés et comment organiser la phase opérationnelle... mais enquêter sur des vols d’arbres n’est  pas vraiment banal dans la région.

Bûcherons, négociants, rabatteurs et acheteurs seraient impliqués...

"Cela fait une quinzaine d’années que je suis là et c'est la première fois qu’on a une aussi grosse affaire sur le département et, que je sache, sur les départements voisins, dit au magazine '13h15 le samedi' (replay) l’adjudant Yann Surplie, de la brigade de recherche de Pamiers. Il y a des victimes derrière qu’il faut réussir à apaiser. Je pense que ce ne sont pas des gens qui en sont à leur premier coup d’essai." Le secret de l’instruction interdit de connaître le moindre détail sur l’enquête en cours, mais ce trafic impliquerait bûcherons, négociants, rabatteurs et acheteurs des deux côtés de la frontière entre la France et l’Espagne.

"Une enquête qui dure un ou deux mois paraît extrêmement long pour les gens, mais regardez la taille du dossier, fruit de ce travail qui prend du temps, explique Laurent Dumaine, procureur de la République. On a eu recours dans cette affaire à un drone pour faire des relevés topographiques et savoir quelles étaient les victimes. Et certaines d’entre elles ont été identifiées comme ça. Ce sont les gendarmes qui leur ont appris." Si la qualification de vol aggravé et organisé est retenue, les malfaiteurs encourent sept ans de prison et de lourdes amendes.

> Les replays des magazines d'info de France Télévisions sont disponibles sur le site de Franceinfo et son application mobile (iOS & Android), rubrique "Magazines".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.