Cet article date de plus d'un an.

Voile : naviguer autour du monde comme en 1968

Publié Mis à jour
Voile : naviguer autour du monde comme en 1968
Voile : naviguer autour du monde comme en 1968 Voile : naviguer autour du monde comme en 1968
Article rédigé par France 3 - E. Meyer, Q. Carudel, V. Boulay, F. Pairaud, F3 Pays de la Loire
France Télévisions
France 3

La Golden Globe Race s'est élancée des Sables-d'Olonne, dimanche 4 septembre. Les seize skippers sur la ligne de départ s'embarquent dans un défi fou : faire le tour du monde sans assistance électrique et sans technologie.

"Il faut qu'ils aient vraiment un grain de folie pour faire ce genre de truc". Sur les bords du port des Sables-d'Olonne (Vendée), des milliers de spectateurs sont venus assister au départ de la Golden Globe Race. Une course autour du monde d'un autre temps, sans assistance électrique qui les fascine. "Ils sont courageux les gars, sans météo, sans GPS", s'enthousiasme une femme venue assister au départ. Les monocoques de dix mètres, conçus au siècle dernier, navigueront dans les mêmes conditions qu'en 1968.

Pas de radar météo ni de GPS

Avant de rallier l'arrivée, ils devront parcourir 55 000 kilomètres sans escale ni assistance. Pas de pilote automatique, pas de radar météo, mais surtout pas de GPS, alors pour faire bonne route, les skippers utilisent des cartes et un sextant, outil permettant de se repérer grâce à la position du soleil. "Le soleil, je vais le garder dans ma lunette et le descendre tout doucement et le poser sur l'horizon", décrit Damien Guillou, l'un des seize aventuriers au départ. Une course hors du temps et un parfum de nostalgie qui devrait durer sept mois.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.