David Foenkinos met en avant les perdants magnifiques dans son dernier roman

Publié Mis à jour
Cinéma, musique : les perdants magnifiques
France 2
Article rédigé par
E. Cornet, A.-M. Revol, J.-M. Lequertier, J. Ababsa, B. Geron, S. Lacombe - France 2
France Télévisions

Hommage à ceux qui, au tout début de leur aventure artistique, étaient bien présents au casting et n’ont pas été choisis. C’est l’histoire qui a passionné l’écrivain David Foenkinos, qui s’intéresse, dans son dernier roman, au jeune comédien qui n’a pas été celui choisi pour incarner Harry Potter. Il ne fut pas le seul à disparaître de l’affiche.

Liam Aiken aurait peut-être dû connaître la lumière, la gloire, les fans. Choisi dans un premier temps pour être Harry Potter, le jeune Américain a finalement été remplacé par Daniel Radcliffe. Une décision de l’auteur de la saga J.K Rowling, qui voulait un acteur anglais pour incarner le petit sorcier. Ainsi renvoyé dans l’ombre, Liam Aiken n’en est jamais ressorti, malgré quelques rôles obscurs au cinéma. Une mésaventure qui a inspiré le dernier roman de l’écrivain David Foenkinos. "C’est un livre sur la réparation, la consolation, moi quand je découvre son histoire, je suis bouleversé", dit-il.

Pete, Best, Henri Padovani, Seymour Brussel

Des infortunes comme celles-ci, le monde du spectacle en compte par dizaines. Comment ne pas pointer la déveine du batteur Pete Best, éjecté des Beatles à trois semaines seulement de l’enregistrement du premier album. Ou celle d’Henri Padovani, guitariste originel de Police, prié de faire ses valises avant les premiers succès du groupe. Dans les années 1980, Seymour Brussel a fait partie des Inconnus. En désaccord avec le producteur, il a choisi de claquer la porte, effrayé aussi par les prémisses de la célébrité. Devenu ostéopathe, il a donc vécu de loin le triomphe de ses anciens collègues.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.