Cet article date de plus de cinq ans.

Feuilleton : le monde sur le pont (3/5)

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 5 min.
Feuilleton : le monde sur le pont (3/5)
FRANCE 2
Article rédigé par
France Télévisions

Cette semaine, France 2 vous propose de découvrir les ponts les plus emblématiques de la planète. Ce mercredi 15 mars, nous vous emmenons à la découverte du Tower Bridge à Londres (Angleterre). Plus qu'un pont, c'est une véritable attraction touristique.

Dans son Feuilleton, France 2 vous emmène arpenter les ponts les plus célèbres du monde. Ce mercredi 15 mars, nous partons à la découverte du Tower Bridge à Londres (Angleterre). Comme il est à l'est, c'est lui que les premiers rayons du soleil éclairent chaque matin. À l'époque de sa construction, il fut la porte d'entrée de l'Empire britannique. 131 ans plus tard, ces deux tours sont toujours deux fourches sous lesquelles les navires doivent passer pour atteindre la capitale, Londres. Et tous les matins, le Tower Bridge permet à des dizaines de milliers de Londoniens de relier la rive nord à la rive sud de la Tamise, comme pour cette comédienne française à vélo qui va donner ses cours de théâtre.

Emblème incontesté de Londres et du Royaume-Uni

Glenn Ellis est presque un habitant du Tower Bridge. Ce chef mécanicien est l'une des très rares personnes habilitées à actionner cette manette qui permet de soulever le pont pour faire passer les bateaux. La manoeuvre dure une minute et quinze secondes précisément. "Chaque bascule pèse 1 200 tonnes. Il faut fermer le pont et interrompre la circulation, c'est une vraie pression", confie-t-il. Glenn doit faire cette manoeuvre environ trois fois par jour pour laisser passer les navires de fort tonnage. C’est pour cela que ce pont-levis a été créé à l'origine, faire entrer les bateaux hauts dans le port de Londres, des trois-mâts de la Royal Navy aux paquebots tels que le Britannia, le yacht de Sa Majesté. Ce pont est désormais l'emblème incontesté de Londres et du Royaume-Uni.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.