Cet article date de plus d'un an.

Émeutes : couvre-feu, état d'urgence… Quelles mesures peuvent être prises ?

Publié
Durée de la vidéo : 2 min
Après une troisième nuit de violences qui fait suite à la mort de Nahel à Nanterre, le gouvernement se questionne sur les mesures à prendre.
Émeutes : couvre-feu, état d'urgence… Quelles mesures peuvent être prises ? Après une troisième nuit de violences qui fait suite à la mort de Nahel à Nanterre, le gouvernement se questionne sur les mesures à prendre. (France 2)
Article rédigé par France 2 - T.Curtet, G.Harlard, E.Sizarols, F.Fontaine
France Télévisions
France 2
Après une troisième nuit de violences qui fait suite à la mort de Nahel à Nanterre, le gouvernement se questionne sur les mesures à prendre.

À Clamart (Hauts-de-Seine), un couvre-feu a été instauré de 21h à 6h du matin jusqu'au lundi 3 juillet. Dans la ville, aucune violence grave n'a été signalée dans la nuit de jeudi 29 juin. À Évry (Essonne), le commissariat a connu une troisième nuit très agitée. Élisabeth Borne a rencontré les policiers, vendredi 30 juin et a été interrogée sur les mesures qui seront prises. "Nous examinons toutes les hypothèses", a assuré la Première ministre.

D'autres couvre-feux en Île-de-France

Couvre-feu localisé ou état d'urgence interdisant tout rassemblement… Les mesures divisent. Sébastien Chenu, porte-parole du Rassemblement national, demande un couvre-feu, un état d'urgence et la mobilisation de tous les moyens de l'État. Renaud Muselier, président du conseil régional de Provence-Alpes-Côte d’Azur, se dit favorable à un "couvre-feu systématique", plutôt qu'à un état d'urgence national. Compiègne (Oise) ou Neuilly-sur-Marne (Seine-Saint-Denis) imposent également des couvre-feux.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.