Agriculteurs en colère : des centaines de panneaux retournés

Publié
Durée de la vidéo : 2 min
Une étrange épidémie de panneaux inversés sévit en France. À l'entrée de certaines communes, des centaines de panneaux se sont retrouvés la tête à l'envers. De jeunes agriculteurs sont à l'origine de cette blague, qui coûte tout de même cher villes. Explications.
Agriculteurs en colère : des centaines de panneaux retournés Une étrange épidémie de panneaux inversés sévit en France. À l'entrée de certaines communes, des centaines de panneaux se sont retrouvés la tête à l'envers. De jeunes agriculteurs sont à l'origine de cette blague, qui coûte tout de même cher villes. Explications. (France 2)
Article rédigé par France 2 - T. Paga, G. Sabin, L. Rochette, France 3 Occitanie, France 3 Bretagne
France Télévisions
France 2
Une étrange épidémie de panneaux inversés sévit en France. À l'entrée de certaines communes, des centaines de panneaux se sont retrouvés la tête à l'envers. De jeunes agriculteurs sont à l'origine de cette blague, qui coûte tout de même cher villes. Explications.

L'opération a mis des dizaines de villages sans dessus dessous. Depuis quinze jours, des panneaux de villes sont retournés, le haut en bas, sans dégradation. Tout est parti du département du Tarn, où le mystère n'a pas tardé à s'éclaircir. Sur les panneaux, sont collés des autocollants "On marche sur la tête" et des logos de syndicats d'agriculteurs. Ces derniers souhaitent critiquer les politiques agricoles du gouvernement, l'inverse de ce qu'il faudrait faire, selon eux. 

Un mouvement qui pourrait s'étendre 

C'est aussi une façon d'interpeller les automobilistes avant des manifestations cette semaine. Mais ce grand retournement continue, et ce week-end, a traversé la Loire, pour atteindre Sablé-sur-Sarthe et les petites communes alentour. Le mouvement pourrait s'étendre à d'autres villages. Les militants utilisent depuis longtemps ces rectangles rouges et blancs pour d'autres causes, notamment celle des langues locales. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.