[Vidéo] Nathalie Arthaud tente de lutter contre le vote utile à gauche

Dimanche 15 novembre, Nathalie Arthaud a tenu un meeting au Zénith de Paris. Pour la plus grande réunion de sa campagne, la candidate de Lutte Ouvrière renvoie dos à dos la gauche et la droite.

Nathalie Arthaud au Zénith
Nathalie Arthaud au Zénith (BERTRAND LANGLOIS / AFP)

Dimanche 15 novembre, Nathalie Arthaud a tenu un meeting au Zénith de Paris. Pour la plus grande réunion de sa campagne, la candidate de Lutte Ouvrière renvoie dos à dos la gauche et la droite.

Nathalie Arthaud, candidate de Lutte ouvrière à l'Elysée, a renvoyé dimanche dos à dos politiciens de gauche et de droite lors de son "meeting national" au Zénith de Paris, leur préférant un "gouvernement de combat" pour combattre la crise économique et la "bourgeoisie".

Ni Sarkozy et ni Hollande

Mme Arthaud a critiqué François Hollande et Nicolas Sarkozy, "ces deux politiciens professionnels formés pour, une fois élus, servir les intérêts de la classe qui domine toute la société".

"J'appelle les électeurs des classes populaires à utiliser leur premier tour pour exprimer le rejet" de M. Sarkozy "mais aussi le rejet du système économique et social", a-t-elle dit.

"Si François Hollande est élu, les sacrifices continueront, les coups au lieu de venir de la droite, ils viendront de la gauche", a estimé Mme Arthaud.

"Si les travailleurs ont toutes les raisons d'excécrer Sarkozy, ils n'ont aucune, aucune raison de faire confiance à Hollande", d'après elle.

Ni Jean-Luc Mélenchon

Quant à Jean-Luc Mélenchon, il "a réussi à reprendre la fonction que le Parti communiste a remplie pendant si longtemps, celle de ramasse-voix pour le Parti socialiste", a affirmé Mme Arthaud.

Ainsi, le "changement" de l'élection présidentielle "ne concernera que la toute petite caste de politiciens professionnels".

La "candidate communiste" a fait de la crise économique le véritable enjeu pour les "travailleurs".

Face à celle-là, "dire aux travailleurs qu'il suffit de bien voter pour avoir un bon gouvernement de gauche est toujours un leurre".

Revoir l'intégralité du meeting