Cet article date de plus de trois ans.

Vidéo Anniversaire du traité de l'Elysée, l'Assemblée nationale aux trois quarts vide

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
L'Oeil du 20h : 24/01/18

Pour fêter les 55 ans du traité de l’Elysée, le Président de l’Assemblée française, François de Rugy était invité au Bundestag allemand et son homologue Wolfgang Schäuble à l’Assemblée nationale. Deux hémicycles, deux ambiances. 

Pour fêter les 55 ans du traité de l'Elysée, la France et l'Allemagne ont mis les petits plats dans les grands. Le président de l'Assemblée nationale, François de Rugy a été invité par le Bundestag allemand. Il est accueilli sous un tonnerre d’aplaudissements, même Angela Merkel s’est déplacée.

Mais pour accueillir son homologue allemand, Wolfgang Schäuble, l’Assemblée nationale est aux trois-quarts vide. Seulement 147 députés sur 577 ont fait le déplacement, parmi eux, 56 députés "En Marche" sur 311. Quant au gouvernement, seuls deux ministres étaient présents. Nicolas Hulot, rejoint par la ministre chargée des Affaires européennes arrivée en retard.

J’étais aux voeux des personnes âgées de la ville de Sarcelles

François Pupponi

Nous sommes allés voir les absents, tous ont un mot d’excuse. Sacha Houlié, député de Vienne (LREM), affirme n'avoir reçu aucune convocation. Le député du Val-d'Oise, François Pupponi a une autre excuse : "J’étais à Sarcelles, aux voeux des personnes âgées de la ville de Sarcelles". Le député d’Eure-et-Loire (UDI), Philippe Vigier évoque "deux rendez-vous prévus depuis deux mois avec des chefs d’entreprises".

Au gouvernement, on reconnaît un raté : "Effectivement il aurait été souhaitable que les bancs soient plus fournis", concède le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux. Un raté jugé inadmissible par Jean-Luc Mélenchon : "C’est la honte, moi qui suis contre cette histoire j’étais là. C’est la France par-dessus tout qui doit l’emporter, y compris avec nos amis allemands". 

Et les Allemands, comment ont-ils vécu cet épisode ? La députée écologiste Franziska Brantner était présente à Paris avec le président de son Assemblée, Wolfgang Schäuble : "II était déçu, nous aussi je dois admettre on était un peu déçu”.

Les députés ont adopté lundi un nouveau traité de l’Elysée. Le but, accroître le rôle des parlements dans la coopération franco-allemande. Pour ce qui est de la France, il ne reste plus qu’à y siéger.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.