Vice-président vert, européen et critique

Gérard Onesta, vice-président vert sortant du PE, revient dans cette interview sur ses 15 années de mandat

Gérard Onesta
Gérard Onesta (© DR)
Gérard Onesta, vice-président vert sortant du PE, revient dans cette interview sur ses 15 années de mandatGérard Onesta, vice-président vert sortant du PE, revient dans cette interview sur ses 15 années de mandat

Reconnu comme l'un des eurodéputés français les plus présents et les plus actifs du Parlement de Strasbourg, cet architecte de formation, élu pour la 1ère fois en 1989 à l'âge de 28 ans, a décidé de ne pas se représenter.

Européen convaincu, il n'en a pas moins sa langue dans sa poche sur le fonctionnement de l'institution à laquelle il a appartenu.

La liberté de ton de cet ancien benjamin (né en 1960) de l'Assemblée détonne dans un milieu qui reste parfois très marquée par la langue de bois technocratique...

L'interview a été tournée le 28 mai 2009 à Strasbourg (remerciements à la VoxBox du Parlement européen)

Question:
Pourquoi quittez-vous le Parlement européen (PE) ?
La réponse en vidéo de Gérard Onesta

Question:
Quel est, selon vous, l'intérêt de cette institution ?
La réponse en vidéo de Gérard Onesta

Question:
Quels sont les points faibles et les points forts du Parlement de Strasbourg ?
La réponse en vidéo de Gérard Onesta

Question:
Quel bilan tirez-vous de votre passage au PE ?
La réponse en vidéo de Gérard Onesta

Question:
Dans vos récentes prises de position, vous n'êtes pas très optimiste sur l'évolution du Parlement européen, et de l'Union Européenne en général. Pour quelles raisons ?

La réponse en vidéo de Gérard Onesta

Question:
Comment voyez-vous l'avenir des institutions européennes ?
La réponse en vidéo de Gérard Onesta

Question:
Comment expliquez-vous le risque d'abstention prédit par les sondages pour le scrutin du 7 juin ?
La réponse en vidéo de Gérard Onesta

Question:
Vous quittez le PE. Y a-t-il une vie après Strasbourg ?
La réponse en vidéo de Gérard Onesta

Question:
Qu'allez-vous faire maintenant ?
La réponse en vidéo de Gérard Onesta