Cet article date de plus de sept ans.

Valls veut "en finir avec la gauche passéiste"

Dans un entretien à L'Obs, le Premier ministre propose de rassembler toutes les forces progressistes, et pourquoi pas de changer le nom du Parti socialiste. Fin de non-recevoir du Premier secrétaire, Jean-Christophe Cambadélis.
Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
 (Manuel Valls, lors de la dernière université d'été du PS © MaxPPP)

Face à la "menace d'une droite dure et d'une extrême droite qui progresse" , Manuel Valls a sa petite idée... Il s'est confié à l'Obs Le Premier ministre propose donc de "bâtir une maison commune" de "toutes les forces progressistes".  Sous quelle forme ? "Une fédération ou une seule formation, tout est ouvert" .

Et Manuel Valls, qui refuse de se dire socialiste, de proposer, "pourquoi pas" , un changement de nom au Parti socialiste... L'idée n'est pas nouvelle pour lui - il l'avait déjà eue en 2007 et 2011, mais elle avait provoqué bien des remous, à l'époque. Cette fois, il prend toutes les pincettes nécessaires : "ce changement ne peut être que l'aboutissement d'un processus" .

Et de se faire prophétique : "Depuis la refondation du PS au congrès d'Epinay de 1971, la gauche réinvente le monde dans l'opposition, puis elle gouverne de façon pragmatique, mais comme elle ne l'assume pas, elle perd les élections" .

Pas question de changer le nom du PS

Pas question de toucher au nom... Le gardien du temple, le Premier secrétaire du PS, Jean-Christophe Cambadélis, a immédiatement répliqué : "Si je suis favorable à changer la carte d'identité du Parti socialiste, je ne suis pas favorable au changement de nationalité. Je reste sur la position de François Mitterrand. Socialiste est un beau nom qui a fait ses preuves, autant le garder" .

 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Politique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.