Cet article date de plus de sept ans.

Manuel Valls annonce une prime exceptionnelle pour "les petites retraites"

Le Premier ministre a annoncé mardi dans son discours devant l'Assemblée une revalorisation du minimum vieillesse de 792 à 800 euros par mois, et une "prime pour les petites retraites".

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Les députés écoutent le discours de politique générale du Premier ministre, Manuel Valls, mardi 16 septembre 2014.  (GONZALO FUENTES / REUTERS)

Jean-Marie Le Guen, secrétaire d'Etat chargé des relations avec le Parlement, avait promis un "coup de pouce pour les petites retraites", dimanche 14 septembre.

Dans son discours de politique générale, le Premier ministre Manuel Valls a annoncé,  mardi 16 septembre, la revalorisation de 8 euros du minimum vieillesse et une "prime exceptionnelle" pour les retraités percevant moins de 1 200 euros par mois.

> Vidéo, réactions, analyses... Suivez en direct le vote de confiance au gouvernement Valls par ici

Quelles sont les mesures annoncées ?

L'exécutif avait annoncé vendredi que les pensions inférieures à 1 200 euros par mois ne seraient pas augmentées au 1er octobre en raison de la faible inflation, avant de parler de "coup de pouce".

Concrètement, le Premier ministre Manuel Valls a annoncé mardi une revalorisation du minimum vieillesse de 792 à 800 euros par mois, et une "prime exceptionnelle" pour les faibles retraites, sans en préciser le montant. 

Il s'est défendu de toute austérité : "Quand nous revalorisons le minimum vieillesse à 800 euros, et quand, de plus, nous verserons aux retraités qui perçoivent moins de 1 200 euros par mois une prime exceptionnelle, malgré la faible inflation, nous ne faisons pas de l'austérité".

Combien de personnes concernées ?

Plus de 6,5 millions de personnes touchent moins de 1 200 euros de retraite mensuelle, soit 43% des retraités. 

Une cible électorale sensible. Si l'on en croit le géographe Christophe Guilluy qui publie cette semaine La France périphérique, seul le vieillissement du corps électoral permet de "maintenir artificiellement un système électoral peu représentatif, les plus de 60 ans étant en effet ceux qui portent massivement leurs suffrages vers les partis de gouvernement."  Ce qui fait du vote des retraités modestes un enjeu-clé.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Politique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.