Cet article date de plus d'onze ans.

Une photographie du vote catholique

L'école, la famille et l'Europe sont les trois "marqueurs" du vote catholique pour la présidentielle, si l'on en croit un sondage IFOP paru mardi dans La Croix. Un vote qui penche à droite.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Dans l'abbaye de Tamié (Savoie) (AFP - PHILIPPE DESMAZES)

L'école, la famille et l'Europe sont les trois "marqueurs" du vote catholique pour la présidentielle, si l'on en croit un sondage IFOP paru mardi dans La Croix. Un vote qui penche à droite.

L'enquête a été réalisée pour le compte de l'Association pour la fondation de de service politique (AFSP), un "think tank" catholique créé en 1992.

L'intérêt pour les sujets de société
Si elle révèle un certain nombre de spécificités, l'enquête montre que cette catégorie de la population a "les mêmes priorités politiques que l'ensemble des Français": en clair, il n'existe pas à proprement parler de "vote catholique". Les cinq premières priorités des sondés sont ainsi: l'emploi (68 % des catholiques contre 70 % pour l'ensemble des Français), la sécurité (58 % contre 53 %), le pouvoir d'achat (58 % contre 66 %), la politique sociale (52 % contre 50 %) et la réduction de la dette publique (46 % dans les deux cas). "Les catholiques sont des Français comme les autres", souligne l'AFSP, cité par La Croix.

Pour autant, on comprend mieux l'impact du vote catholique sur six thèmes précis: la liberté de choix de l'école (46 % contre 23 %), l'action de la France en Europe (44 % contre 27 %), la politique familiale (43 % contre 31 %), la fin de vie et l'euthanasie (37 % contre 23 %), la bioéthique (26 % contre 15 %) et l'aide aux pays du Sud (22 % contre 9 %). "Ces résultats confirment qu'il existe une sensibilité réelle des catholiques aux sujets de société", commente l'AFSP.

De manière surprenante, deux sujets à forte résonance médiatique n'apparaissent pas dans l'enquête: la place des religions dans l'espace public et le mariage homsexuel. Concernant l'homosexualité, la présidente du Parti chrétien-démocrate, Christine Boutin, estime que les chiffres auraient été différents si l'on avait posé la question de l'adoption par les couples homosexuels.

Plutôt à droite
Le sondage confirme ce qu'ont déjà montré d'autres études: les catholiques interrogés par l'IFOP "votent plus à droite que la moyenne des Français". Ainsi 58 % des catholiques pratiquants interrogés se disent proches d'un parti de droite (9 % d'entre eux se disent proches du FN), 10 % citent le Modem, 29 % se classent à gauche (dont 9 % proches des écologistes).

Etude réalisée du 6 au 7 juillet 2011 par questionnaire auto-administré en ligne auprès d'un échantillon national représentatif de 1.005 personnes selon la méthode des quotas, et du 13 mai au 17 juin 2011 par téléphone auprès d'un échantillon de 563 personnes se déclarant catholiques et issues d'un échantillon national représentatif de 3.840 personnes.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Politique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.