Une partie du clan Chirac rallie Hollande

Plusieurs membres de la famille et des conseillers Jacques Chirac ont affiché leur soutien à François Hollande même si Christian Jacob a affirmé que les élus proches de l'ancien président était "aux côtés de Nicolas Sarkozy".

Hollande veut en finir avec l\'immunité présidentielle, comme celle dont a joui Chirac durant ses mandats
Hollande veut en finir avec l'immunité présidentielle, comme celle dont a joui Chirac durant ses mandats (JEAN-PIERRE MULLER / AFP)

Plusieurs membres de la famille et des conseillers Jacques Chirac ont affiché leur soutien à François Hollande même si Christian Jacob a affirmé que les élus proches de l'ancien président était "aux côtés de Nicolas Sarkozy".

Après "la simple boutade" de juin dernier, quand Jacques Chirac a déclaré qu'il "voterait Hollande", l'historien et plume de l'ancien chef de l'Etat, Jean-Luc Barré, analyse dans Le Parisien du mardi 17 avril les points communs qu'entretiennent Hollande et Chirac :

"Chirac est un humaniste, marqué à la fois par la fibre radical-socialiste corrézienne et la dimension sociale du gaullisme. Synthèse qu'il reconnaît aujourd'hui chez le candidat de gauche. (…) Ils en commun un attachement aux valeurs républicaines." Avant de déclarer que lui-même votera Hollande dès le premier tour.

Jean-Jacques Aillagon et Thierry Rey étaient au meeting de Vincennes

Dimanche 15 avril, au meeting de Vincennes, on trouvait dans le public Hugues Renson, un ancien conseiller, Laurent Glépin, ancien chargé de communication de l'Elysée, ou encore Thierry Rey, ancien compagnon de Claude Chirac et père de son fils, ou Jean-Jacques Aillagon, ancien ministre de la Culture (2002-2004).

Récemment, Claude Chirac a déjeuné avec Valérie Trierweiler, la compagne de François Hollande, avec qui elle entretient "d'excellents rapports". Le Parisien-Aujourd'hui en France rapporte aussi que Frédéric Sarlat-Baroux, ancien conseiller et gendre de Jacques Chirac, a envoyé discrètement des messages de soutien au camp Hollande.

"Ne pas le faire parler"

De son côté, Bernadette Chirac continue de soutenir Nicolas Sarkozy, en s'affichant auprès de lui dans ses différents meetings, notamment à Villepinte. ""Plus conservatrice que son mari", selon Jean-Luc Barré, elle avait déjà déclaré que François Hollande "n'a pas le gabarit d'un président" avant de regretter ses propos.

Le président-candidat a commenté mardi matin sur France Inter : "Je pense que la meilleure façon de respecter Jacques Chirac, dans les difficultés qui sont les siennes, c'est d'essayer de ne pas le faire parler".

Christian Jacob minimise ces ralliements

Christian Jacob (UMP), proche de Jacques Chirac, a minimisé les propos de Jean-Luc Barré. "Tous les gens proches de Chirac qui ont un mandat politique ont une ligne qui est très claire: ils sont aux côtés de Nicolas Sarkozy, mobilisés comme je le suis ou comme d'autres, à 200 ou à 2.000%, autant qu'on peut l'être", a-t-il ajouté.

Peu auparavant, Nicolas Sarkozy avait jugé "triste" que certains essaient de "faire parler" son prédécesseur Jacques Chirac.

A gauche, on souhaite néanmoins y voir un signe. "Qu' un ancien président de la République soutienne quelqu'un qui a vocation à être président de la République, cela n'est pas indifférent", a lancé Jean Marc Ayrault au cours du point presse hebdomadaire des députés PS à l'Assemblée.

Chirac "ne fera aucune déclaration publique", selon son entourage

Enfin, son entourage a précisé que l'ancien président "ne ferait aucune déclaration publique dans le cadre du scrutin" présidentiel. "Personne n'est habilité à s'exprimer au nom de Jacques Chirac, qui ne fera aucune déclaration publique dans le cadre de ce scrutin", a-t-on indiqué à l'AFP au bureau de l'ancien chef de l'Etat.