Cet article date de plus de sept ans.

L'UMP plombée par une dette de 74,5 millions d'euros, selon un audit financier

Le bureau politique de l'UMP a reçu, mardi, la synthèse de l'audit mené sur ses finances. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Jean-François Copé, ancien président de l'UMP, le 25 mai 2014 à Paris. (WITT / SIPA)

L'ambiance à l'UMP est aussi plombée que ses finances. Selon un audit publié mardi 8 juillet, le parti doit, au 30 juin, 74,5 millions d'euros à ses créanciers. Mais le parti est solvable et a réussi à négocier avec ses créanciers un rééchelonnement de sa dette : il peut fonctionner jusqu'en 2017, à condition de suivre des "exigences fortes", a expliqué à l'issue du bureau politique Alain Juppé, membre du triumvirat à la tête de l'UMP.

Pourquoi le parti est-il si endetté ?

La dette de l'UMP comporte notamment 27 millions d'euros d'emprunts immobiliers pour son siège rue de Vaugirard, plus de 2 millions au groupe UMP à l'Assemblée, mais aussi 500 000 euros à un mystérieux donateur particulier. Mais le parti est solvable et a réussi à négocier avec ses créanciers un rééchelonnement de sa dette. 

Parmi les dépenses recensées par l'audit, le train de vie du clan Copé a été épinglé, et particulièrement les frais de transports de l'ancien président du parti et de sa femme, pour 50 000 euros en 2013. Selon le rapport, l'UMP a également dépensé plus de 10 millions d'euros en "presse, publication et télévision" en 2012 contre 858 399 euros déclarés par le Parti socialiste au même moment. Enfin, Le Canard enchaîné a dévoilé le montant des factures de téléphone de Rachida Dati, 10 000 euros annuels pour deux appareils financés par le parti d'opposition. 

Comment le parti va-t-il faire des économies ?

L'audit dresse le portrait d'une UMP mal en point, ce qu'a reconnu à demi-mot Alain Juppé, qui a évoqué des "exigences fortes" si le parti veut "fonctionner". L'ancien Premier ministre en a listé trois : la nécessité de "maintenir un niveau de recettes suffisantes", "des économies à faire" sur les dépenses "d'animation politique" comme les meetings, des économies sur "les dépenses de fonctionnement" (dont la masse salariale), de l'ordre de 20% par rapport à 2013.

"Un plan d'économie sera nécessaire", a poursuivi Alain Juppé. Le secrétaire général intérimaire Luc Chatel, assure dans Le Figaro qu'il n'y aura pas pour autant de "plan social".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Finances de l'UMP

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.