Présidence de l'UMP : la candidature de Nicolas Sarkozy ne fait plus guère de doute

Bruno Le Maire, lui même candidat, l'affirme. Luc Chatel, secrétaire général par intérim, est à peine plus prudent.

Nicolas Sarkozy dans les tribunes du Parc des Princes à Paris le 31 août 2014 pour le match entre le PSG et Saint-Etienne.
Nicolas Sarkozy dans les tribunes du Parc des Princes à Paris le 31 août 2014 pour le match entre le PSG et Saint-Etienne. (KENZO TRIBOUILLARD / AFP)

Nicolas Sarkozy sera-t-il candidat à la présidence de l'UMP, en novembre ? L'ancien chef de l'Etat tarde à faire connaître sa décision. Jusqu'à présent, les responsables de l'UMP se refusaient à parler en son nom. Mais alors que la liste des prétendants s'allonge, ils ne s'en privent plus. Une manière aussi de pousser l'ex-président à dévoiler publiquement ses intentions. Derniers exemples en date, lundi 8 septembre aux micros des émissions politiques matinales.

Bruno Le Maire : "Nicolas Sarkozy est candidat"

Bruno Le Maire n'y est pas allé par quatre chemins. "Nicolas Sarkozy est candidat à la présidence de l'UMP, je pense que c'est une très bonne chose pour le débat", s'est réjoui sur France Inter l'ancien ministre de l'Agriculture, qui semble se frotter les mains à l'idée d'affronter l'ancien président de la République le 29 novembre.

"Je ne vous annonce pas une grande nouvelle, a ajouté celui qui fait campagne sur le thème du "renouveau"Je pense que c'est quelque chose qui est acquis et je pense surtout que c'est une bonne nouvelle pour l'UMP, parce qu'il va y avoir un débat, parce qu'on va pouvoir confronter les projets des uns et des autres, parce que ce qui se décidera en novembre prochain à l'UMP est important." 

Luc Chatel : "J'ai le sentiment que sa décision chemine"

Le secrétaire général par intérim du parti, Luc Chatel, qui a vu Nicolas Sarkozy ces derniers jours, était interrogé un peu plus tôt sur RTL. Il a pris plus de précautions mais a laissé entendre que l'ancien président était prêt.

"J'ai le sentiment que sa décision chemine, a-t-il confié. Nicolas Sarkozy a pris du champ, du recul, il a réfléchi, il a travaillé. (...) J'ai le sentiment de quelqu'un qui est pleinement conscient de la gravité de la situation du pays et qui a réfléchi à des réponses à apporter."

Pour le moment, l'UMP compte deux candidats déclarés : Bruno Le Maire et Hervé Mariton. Alain Juppé et François Fillon, tous deux membres avec Jean-Pierre Raffarin du triumvirat d'ancien Premiers ministres chargés de présider l'UMP par intérim, ont avancé, de leur côté, leur candidature pour la primaire du parti pour la présidentielle de 2017. Mais une candidature de NicolasSarkozy pourrait leur faire de l'ombre.