Une lettre de menace de mort accompagnée de "poudre suspecte" déclenche l'évacuation partielle de l'Assemblée nationale

Le député des Français de l'étranger, Meyer Habib, était visé en raison de sa proximité avec Israël.

Le député UDI Meyer Habib, visé le 27 août 2018 par une lettre de menace de mort accompagnée de poudre, va déposer plainte.
Le député UDI Meyer Habib, visé le 27 août 2018 par une lettre de menace de mort accompagnée de poudre, va déposer plainte. (MEYER HABIB / TWITTER)

Il dénonce un "simulacre d'attaque chimique". Le député UDI de la 8e circonscription des Français de l'étranger, Meyer Habib, a été la cible d'une lettre de menace de mort accompagnée d'une "poudre suspecte", lundi 27 août, ayant entraîné une évacuation partielle de l'Assemblée nationale. "Gros porc sioniste (...), terroriste israélien avec du sang plein les mains", peut-on notamment lire dans cette lettre, publiée par l'élu sur Twitter.

Le courrier, envoyé dans son bureau du Palais-Bourbon, a été ouvert par l'un de ses collaborateurs aux alentours de 10h20. "En dépouillant le pli, une poudre blanche s’est renversée. Ma première réaction a été de la manipuler", témoigne auprès de franceinfo cet attaché parlementaire, qui souhaite rester anonyme.

Deux plaintes seront déposées

Les services de sécurité du Palais-Bourbon prévenus, l'aile F (où se trouve le bureau de Meyer Habib) est aussitôt évacuée, conformément au protocole en cas d'attaque chimique. Le collaborateur du député, "très choqué et angoissé", ainsi que le pompier ayant été en contact avec lui, sont confinés avec masque, gants et lunettes pendant plus d'une heure. Mais les analyses écartent la piste d'une substance dangereuse. "Il s'agissait de sucre", explique Meyer Habib à franceinfo. Contactés par franceinfo, les pompiers de Paris confirment qu'il s'agissait de sucre glace, et qu'une vingtaine de pompiers ont dû être mobilisés pour cette opération.

Des insultes, j'en reçois des milliers par jour.Meyer Habib, député UDIà franceinfo

Le député, qui se décrit comme "ouvertement sioniste et proche des Français d'Israël" alerte sur la récurrence de ces menaces. "Je suis la cible d'insultes antisémites et antisionistes, et de menaces de mort, qui s'accélèrent ces dernières semaines. (...) Je ne veux pas m'habituer à ces violences." Meyer Habib et la présidence de l'Assemblée nationale ont annoncé à franceinfo vouloir déposer plainte.