Cet article date de plus de huit ans.

Tunisie : quatre ministres de l'Intérieur rendent hommage aux victimes

Les ministres de l’Intérieur français, allemand, britannique et tunisien ont rendu hommage lundi aux 38 victimes du pire attentat de l’histoire de la Tunisie perpétré vendredi à Sousse.
Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
  (Le ministre de l'Intérieur français, ainsi que ses holomogues tunisien, allemand et britannique à Sousse sur les lieux de l'attentat © Radio France/Anne Lamotte)

Trois jours après l’attaque sanglante d’un hôtel en Tunisie, le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, s’est rendu sur les lieux du drame où 38 victimes ont péri sous les balles d’un tueur de 23 ans. Le ministre a participé à une cérémonie, entouré de ses homologues tunisien et britannique. Lors d'une conférence de presse commune, Bernard Cazeneuve a annoncé "une coopération" avec les services tunisiens pour lutter contre le terrorisme.  

Bernard Cazeneuve a estimé nécessaire la coopération avec la Tunisie "pour créer les conditions de la sécurité" . Le ministre français de l'Intérieur a aussi évoqué "la détermination, clé du succès pour lutter contre ceux qui s'organisent pour nous atteindre".  C'est sur le thème de l'union que le ministre de l'Intérieur a centré son intervention.

"Nous sommes quatre ministres de l'Intérieur de quatre démocraties, qui sont ensemble dans la lutte contre le terrorisme." 

La France, pour de multiples raisons, est tout près de la Tunisie et des pays qui comptent de nombreuses victimes : Bernard Cazeneuve à Sousse (Tunisie)

De son côté, la ministre britannique de l'Intérieur, Theresa May, a promis l'union afin "que les terroristes ne l'emportent pas" . 18 britanniques ont été tués dans l'attentat de vendredi. Ce bilan provisoire, dans l'attente des identifications, pourrait être porté à une trentaine de morts, selon une porte-parole du gouvernement de David Cameron.

Avant ces déclarations, les quatre ministres de l'Intérieur s'étaient recueillis sur les lieux de la tuerie. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.