Cet article date de plus d'onze ans.

Tour d'horizon de "premiers ministrables" d'un second quinquennat de Nicolas Sarkozy

Nicolas Sarkozy a affirmé, mercredi, avoir "une idée assez précise" du Premier ministre qu'il choisirait s'il était réélu. François Bayrou, François Fillon, NKM, Jean-Louis Borloo... ? FranceTV2012 dresse la liste des candidats potentiels à Matignon.
Article rédigé par Natalia Gallois
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min
Quel Premier ministre pour Sarkozy ? (PASCAL PAVANI / AFP)

Nicolas Sarkozy a affirmé, mercredi, avoir "une idée assez précise" du Premier ministre qu'il choisirait s'il était réélu. François Bayrou, François Fillon, NKM, Jean-Louis Borloo... ? FranceTV2012 dresse la liste des candidats potentiels à Matignon.

Nicolas Sarkozy a affirmé qu'il avait "une idée assez précise" du chef de gouvernement qu'il choisirait s'il était réélu. Il n'a pas exclu, mercredi 18 avril sur RMC/BFMTV, de révéler son nom entre les deux tours de la présidentielle.

Qui sont les candidats potentiels pour devenir locataire de l'hôtel Matignon ? FranceTV2012 se penche sur la question.

La garde rapprochée, une valeur sûre

François Fillon : la continuité

Si le duo passe l'élection présidentielle, M. Sarkozy pourrait miser sur la continuité. M.Fillon pourrait alors battre le record détenu par Georges Pompidou sous la Ve République. Celui-ci a été Premier ministre de Charles de Gaulle de 1962 à 1968.

Le hic : si M. Fillon détient une popularité plus élevée que celle du président sortant (43% d'opinions positives contre 37% pour M. Sarkozy), il incarnerait difficilement le renouveau.

NKM : un choix symbolique

Voir Nathalie Kosciusko-Morizet nommée à la tête d'un futur gouvernement de M. Sarkozy paraît crédible. Notamment depuis qu'elle est porte-parole de la campagne du président-candidat.

Nommer une femme, trentenaire qui plus est, à Matignon représenterait tout un symbole. NKM succèderait à Edith Cresson, première femme Premier ministre (et chef de gouvernement la plus éphèmère de la Ve République) sous François Mitterrand en 1992.

Le hic : si NKM n'a jamais caché son ambition, au sein de l'UMP, les critiques à son encontre sont nombreuses. Pas évident, dans ces conditions, de rassembler.

Les outsiders, pour leur plus-value politique

Jean-Louis Borloo, un mandat tourné vers le social

Les relations entre le président-candidat et M. Borloo ont connu des hauts et des bas.

Le président du Parti radical n'a jamais été nommé Premier ministre pendant le quinquennat de M. Sarkozy... comme il l'avait espéré. M. Borloo a ensuite quitté le gouvernement, en envisageant sa propre candidature et en critiquant sans complexe le chef de l'Etat.

Après avoir renoncé à celle-ci, M. Borloo a finalement rallié celle de M. Sarkozy en mars. Il pourrait incarner un tournant social pour un second mandat de M. Sarkozy.

François Bayrou : un virage au centre

Le candidat du MoDem n'épargne pas M. Sarkozy depuis le début de sa campagne. Mais il pourrait se voir proposer Matignon "si la victoire dépend de lui", a affirmé Jean-Pierre Raffarin.

Même son de cloche du côté d'Alain Juppé. A la question : "François Bayrou pourrait-il être le premier ministre de Nicolas Sarkozy ?", le ministre des affaires étrangères a répondu : "Sûrement" dans un entretien au Figaro Magazine de la semaine dernière.

Les appels du pied se multiplient. En effet, l'UMP lorgne sur les voix du centriste.

Le hic : l'ancien troisième homme de la campagne de 2007 voudra probablement poser ses conditions s'il accepte de soutenir M. Sarkozy.

Une option qu'il rejette pour l'instant. Le Béarnais a ainsi affirmé sur LCP-AN mercredi 18 avril : "L'idée que je pourrais me prêter à ce genre de manoeuvre est une idée de gens qui ignorent absolument quel est mon parcours politique et au fond, je vais employer un grand mot, ma vérité personnelle".

Le chiraquien, Alain Juppé, pour son expérience

M. Juppé, qui a affirmé avoir "rêvé d'être Président de la République", ne nie pas qu'il pourrait se présenter en 2017 - il aura alors près de 72 ans -, si M. Sarkozy n'est pas réélu.

Mais en attendant, l'ancien Premier ministre de Jacques Chirac pourrait s'accomoder de Matignon. Il est en tous cas le favori de Jean-Pierre Raffarin. "J'ai servi plusieurs Premiers ministres et c'est lui que je préfère", a affirmé ce dernier.

Le hic : si M. Juppé possède l'expérience et la stature, il lui est souvent reproché sa rigidité. Par ailleurs, le chiraquien a été condamné en 2004 dans l'affaire des emplois fictifs de la Maire de Paris, ce qui pourrait le pénaliser.

Les surprises

François Baroin, Valérie Pécresse, Jean-François Copé, Bruno Le Maire, Laurent Wauquiez, Xavier Bertrand. Les prétendants ne manquent pas.

Le hic : M. Sarkozy pourrait avoir envie de déjouer les pronostics et de créer la surprise... au risque de faire un mauvais choix.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.