Soutien aux collectivités : la proposition de Valls ne rassure pas les maires

Pour compenser la baisse des dotations de l'Etat aux collectivités locales, le Premier ministre Manuel Valls a proposé jeudi la création d'un fonds d'aide à investissement doté d'un milliard d'euros. Insuffisant, rétorquent les maires de France. Reçus hier par le chef du gouvernement, ils estiment ne pas avoir été entendus sur leurs principales revendications.

(Manifestation des maires de la Loire, le 30 avril 2015, contre la baisse des dotations de l'Etat aux communes © Maxppp)

Manuel Valls propose la création d'un fonds de soutien à l'investissement des communes. Doté d'un milliard d'euros, ce fonds doit éviter un effondrement des engagements de ces collectivités locales du fait de la baisse programmée des dotations de l'Etat.  

"Je vous propose la création d'un fonds spécifique de soutien pour créer un levier d'investissement au bénéfice des communes ou des intercommunalités. Il pourrait être doté d'un milliard d'euros et nous devons réfléchir ensemble à la ressource qui l'alimenterait ", a indiqué le chef du gouvernement qui recevait jeudi une délégation de l'Association des maires de France (AMF).

 

"Mieux que rien, mais pas suffisant" , réagit sur France info Philippe Laurent

Le maire UDI de Sceaux (Hauts-de-Seine) Philippe Laurent faisait partie de la délégation reçue par le Premier ministre. Il regrette que les maires n'aient pas été entendus sur leurs deux principales revendications, à savoir la révision du niveau de baisse des dotations, et l'étalement dans le temps de cette baisse programmée initialement sur la période 2014-2017.

"Je rappelle que la baisse des dotations, c'est 28 milliards d'euros en cumulé, sur l'ensemble des collectivités locales et sur quatre ans. Donc nous proposer un milliard d'euros c'est mieux que rien naturellement mais ce n'est pas suffisant. D'autant plus que nous n'avons eu aucune information sur la façon dont ce milliard est financé ", explique-t-il. 

Philippe Laurent, maire UDI de Sceaux, réagit à l'annonce de Manuel Valls sur la création d'un fonds de soutien à l'investissement des communes. Il répond à Julien Moch
--'--
--'--

Selon une étude de l'Association des maires de France, la baisse des dotations va entraîner une réduction de 30 % de l'investissement public d'ici 2017 en France, ce qui représente 0,6 % de croissance et de 60.000 à 80.000 emplois dans les bâtiments et travaux publics. Hier sur France Info, François Baroin, le président l'AMF, a promis de durcir le ton s'il n'était pas entendu par Manuel Valls.