Sondage Ifop : Nicolas Sarkozy arrive en tête des intentions de vote chez les médecins libéraux

S'ils devaient voter dimanche prochain à l'élection présidentielle, les médecins libéraux choisiraient Nicolas Sarkozy à 40%, puis François Hollande à 24%, d'après un sondage Ifop pour Le quotidien du médecin paru le 21 novembre 2011.

Une équipe de chirrugiens.
Une équipe de chirrugiens. (Vincent Hazat / AltoPress / PhotoAlto)

S'ils devaient voter dimanche prochain à l'élection présidentielle, les médecins libéraux choisiraient Nicolas Sarkozy à 40%, puis François Hollande à 24%, d'après un sondage Ifop pour Le quotidien du médecin paru le 21 novembre 2011.

A cinq mois de l'élection présidentielle, une enquête Ifop réalisée auprès de 319 médecins généralistes et 183 médecins spécialistes place Nicolas Sarkozy en tête avec 40% d'intentions de vote, suivi de François Hollande qui recueillerait 24% des voix de cette profession.

Dans cette étude, 10% des médecins sondés voteraient pour François Bayrou, 8% pour Marine Le Pen, 5,5% pour Eva Joly et 4,5% pour Jean-Luc Mélenchon.

L'ensemble des Français choisiraient, eux, François Hollande à 32,5% puis Nicolas Sarkozy à 26%, selon le précédent sondage Ifop.

En 2007, 48% des médecins pensaient voter pour M. Sarkozy

En avril 2007, 48% des médecins interrogés pensaient voter pour M. Sarkozy au premier tour, contre 16% pour Ségolène Royal, selon plusieurs enquêtes d'opinion.

Au second tour, aujourd'hui, les médecins éliraient largement Nicolas Sarkozy (58%) face à François Hollande (42%), soit l'inverse de ce qu'annoncent la plupart des sondages réalisés auprès des Français (42% à 43% d'intentions de vote pour le premier contre 57% à 58% pour le second).

Mais les femmes médecins choisiraient François Hollande à 53%, tandis que les hommes voteraient nettement pour Nicolas Sarkozy (63%).

Ce sondage a été réalisé par téléphone du 7 au 10 novembre auprès d'un échantillon de 476 médecins inscrits sur les listes électorales, extrait d'un échantillon de 502 médecins représentatifs des médecins libéraux.