Cet article date de plus de neuf ans.

Ségolène Royal n'a "pas tiré un trait" sur sa vie politique

La candidate malheureuse à la primaire socialiste affirme dans une interview au Parisien qu'elle agira avec "une totale loyauté" dans la campagne présidentielle de François Hollande et qu'elle n'a "pas tiré un trait sur (sa) vie politique."
Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Ségolène Royal a fait son retour mercredi au bureau national du PS (AFP)

La candidate malheureuse à la primaire socialiste affirme dans une interview au Parisien qu'elle agira avec "une totale loyauté" dans la campagne présidentielle de François Hollande et qu'elle n'a "pas tiré un trait sur (sa) vie politique."

"Je ne revendique rien. Je jouerai le rôle qui sera utile pour faire gagner la gauche. Si on a besoin de moi (...) je le ferai sans arrière-pensées et dans une totale loyauté. Ma voix porte. Je peux apporter beaucoup", déclare l'ex-candidate à l'Elysée, éliminée au premier tour de la primaire socialiste.

"Je sens une véritable envie de gagner. Et François Hollande est un très bon candidat", ajoute-t-elle à propos de son ex-compagnon dans son interview au Parisien publié aujourd'hui.

En 2007, "j'aurais bien aimé, moi aussi, être accueillie au parti, le soir de ma désignation, par tous les autres candidats", regrette Ségolène Royal. Il y a cinq ans, elle avait souffert du manque de soutien du PS dans sa campagne présidentielle.

Assomée par la défaite à la primaire
Selon elle, son élimination sévère avec moins de 7% des suffrages le 9 octobre dernier est d'abord due à "une forme de vote utile". "Beaucoup d'électeurs" voulaient avant tout "battre Sarkozy. Or, je n'étais pas la mieux placée dans les sondages", explique-t-elle.

Ségolène Royal confie avoir "été assommée" par son très faible score à la primaire. "La densité du travail n'est pas le seul critère en politique. Je le savais. Mais à ce point-là, c'est très violent".

Interrogée pour savoir si elle a définitivement tiré un trait sur la présidentielle, la présidente de la région Poitou-Charentes répond: "Je ne me pose pas cette question pour l'instant. Ce qui est sûr, c'est que je n'ai pas tiré un trait sur ma vie politique."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.