Sarkozy veut "tout changer"

Au lendemain de la garde à vue de Jerôme Lavrilleux, qui a confirmé aux enquêteurs l'existence d'un système de fausses factures pour financer la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy, le Figaro Magazine révèle les dernières confidences de l'ancien président de la République à ses nombreux visiteurs, qui confirment le retour imminent en politique de Nicolas Sarkozy.

(Nicolas Sarkozy, fin mai © REUTERS/Susana Vera)

Après les tribunes publiées avant les européennes et les municipales, voici donc une nouvelle carte postale - envoyée cette fois-ci en recommandé : un nouveau caillou sur le chemin du retour en politique de l'ancien président de la République.

Cerné par différentes affaires, et notamment celle concernant le financement de sa dernière campagne, Nicolas Sarkozy attaque, dans le Figaro Magazine - il pense que c'est la meilleure défense. Alors il distille des confidences, et il raconte à ses visiteurs qu'il faut tout changer, réinventer le modèle démocratique français ; il pense aussi que le clivage droite-gauche c'est fini, et chercherait le fil d'Ariane d'une prochaine campagne.

Nicolas Sarkozy veut dépasser la simple problématique de la présidence de l'UMP mais il y sera confronté, forcément : le congrès prévu à l'automne l'oblige à accélérer le rythme. Il est encore dans le temps de la réflexion répètent ses proches, mais s'il décidait d'en redevenir le président en se présentant devant les militants, se serait-il dit en privé, pour le rebâtir, le repenser et même redéfinir son corpus idéologique ?

Nicolas Sarkozy sait que son retour n'est pas vu qu'avec bienveillance au sein de sa propre formation politique. C'est pour ça aussi qu'il veut jouer avec l'opinion publique. Un sondage publié dans le Figaro Magazine vient confirmer que l'ancien président a toujours la cote auprès des sympathisants de l'UMP. A 54% c'est leur candidat préféré pour la prochaine présidentielle, loin devant Alain Juppé et ses 22%.