Migrants : l'AFP attaque Robert Ménard pour "falsification" d'une de ses photos

Le journal municipal de Béziers publie, dans son dernier numéro, un photomontage, à partir d'un cliché de l'Agence France-Presse laissant penser que les réfugiés vont envahir la ville.

La une du Journal de Béziers du 15 septembre 2015.
La une du Journal de Béziers du 15 septembre 2015. (VILLE DE BEZIERS)

Nouvelle polémique à Béziers. Le journal municipal de la ville héraultaise, dont le maire, Robert Ménard, est proche du Front national, publie dans son dernier numéro un photomontage laissant penser que les réfugiés vont envahir la ville.

Le cliché, pris en juin en Macédoine par un photographe de l'AFP, montre des hommes, des femmes et des enfants s'apprêtant à monter dans un train. Mais sous le titre "Ils arrivent, le dossier des demandeurs d'asile à Béziers", le journal municipal a ajouté deux affichettes sur deux fenêtres du wagon: "Béziers 3 865 km" et "Scolarité gratuite, hébergement et allocation pour tous !".

Le Parti socialiste a condamné "le nouveau dérapage de la mairie de Béziers", tandis que le député UDI Yves Jégo a évoqué "une honte pour la République" sur BFMTV. Pour le député écologiste Noël Mamère, Robert Ménard est un responsable politique "indigne", "qui cherche des coups médiatiques""Où est passée l'humanité ? (...). Je suis profondément heurté", a déclaré l'ancien ministre socialiste Arnaud Montebourg, interrogé sur BFMTV.

La direction de l'AFP a déploré de son côté "un détournement et une falsification d'une de ses photos", et indiqué qu'elle entendait "porter l'affaire sur le plan judiciaire".

La photo du petit Aylan ? "De la propagande"

"Si on avait utilisé cette photo pour une cause inverse, je ne pas sûr que l'AFP s'en serait émue", a rétorqué Robert Ménard à l'AFP. Pour l'ancien président de Reporters sans frontière (RSF), les photos sont régulièrement retravaillées. "La photo du petit syrien qui a ému le monde entier a été recadrée. Il y a deux pêcheurs qui ont été enlevés. Comment s'appelle cette modification ? De la propagande", affirme-t-il.

Pour lui, la ville n'a rien à se reprocher en termes d'accueil des réfugiés avec deux centres, un géré par la ville et un autre par la Cimade. "Seulement 13% des réfugiés du centre géré par la ville ont obtenu un statut de réfugiés. Le problème c'est qu'ensuite aucun n'a été reconduit à la frontière", dénonce-t-il.

Depuis son élection à la mairie de Béziers en mars 2014, Robert Ménard a été à l'origine de plusieurs polémiques, de l'installation d'une crèche de Noël à la mairie à une campagne d'affichage faisant d'un énorme pistolet le "nouvel ami" de la police municipale de sa ville.