Cet article date de plus de huit ans.

Retraites : la concertation se poursuit, un compte pénibilité confirmé pour 2015

Jean-Marc Ayrault poursuit ce mardi la concertation avant la présentation de la réforme des retraites à la mi-septembre. Après avoir notamment reçu le Medef et la CFDT lundi, le Premier ministre reçoit à Matignon les syndicats Force ouvrière, la FSU ou encore l'UNSA. Un compte-pénibilité pour les retraités, financé en partie par les entreprises, entrerait en vigueur en 2015 selon le secrétaire général de FO.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Franceinfo (Franceinfo)

La journée de mardi conclut deux jours de concertation avec les partenaires sociaux, menée à Matignon par le Premier ministre Jean-Marc Ayrault. La ministre des Affaires sociales Marisol Touraine, le ministre du Travail Michel Sapin et celle de la Fonction publique Marylise Lebranchu sont également autour de la table.

Un compte pénibilité en 2015

Il a notamment été question mardi matin de la création d'un compte pénibilité pour les salariés exerçant des métiers difficiles. Selon Jean-Claude Mailly, secrétaire général de Force ouvrière, "il y aura une participation des employeurs avec la volonté de mettre en place le compte à compter du 1er janvier 2015 ". Sortant de la réunion, il a salué cette décision, affirmant que "ça avance plutôt dans le bon sens ". Jean-Marc Ayrault avait évoqué cette piste il y a quinze jours.

Pour les salariés bénéficiant de l'ancien régime de retraite, un système de "bonifications " serait mis en place.

Pas de quoi pour autant faire abandonner à FO sa volonté de mobiliser le 10 septembre prochain, à l'occasion d'une journée de manifestations contre l'allongement de la durée de cotisation, envisagée par le gouvernement.

Une baisse des cotisations familiales ?

Certains syndicats se sont inquiétés de l'"ouverture " entrevue lundi par les représentants du Medef sur la baisse du coût du travail.

Selon Annick Coupé, porte-parole de Solidaires, "on va sans doute vers une baisse des cotisations familiales " des entreprises. Voilà donc comment le gouvernement parviendrait à baisser le coût du travail. Selon elle, "les retraités [seront] mis à contribution, soit par l'alignement de la CSG des retraités sur celle des salariés, soit par des questions de fiscalité ".

D'où une certaine inquiétude pour Solidaires - qui appelle aussi à manifester le 10 septembre prochain - qui s'interroge : "Qui, au bout du compte, paiera cette baisse ? "

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Politique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.