Cet article date de plus de dix ans.

Qui a ses parrainages ? A J-3, dix candidats semblent avoir franchi le cap

Une fois l'hypothèque Marine Le Pen levée, qui a ses parrainages ? Petit tour d'horizon à J-3 de la date limite pour déposer les documents au Conseil constitutionnel, vendredi 16 mars à 18 heures. A priori, dix personnalités pourraient être nominées.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Le Conseil constitutionnel, qui valide les 500 parrainages (THOMAS SAMSON / AFP)

Une fois l'hypothèque Marine Le Pen levée, qui a ses parrainages ? Petit tour d'horizon à J-3 de la date limite pour déposer les documents au Conseil constitutionnel, vendredi 16 mars à 18 heures. A priori, dix personnalités pourraient être nominées.

Qui a franchi l'étape des 500 parrainages mardi, trois jours avant la date-limite exigée pour la remise au Conseil constitutionnel, vendredi 16 mars à 18 heures ?

Une dizaine de candidats semblent en mesure de se présenter, mais le dernier mot appartient aux "Sages" du Palais royal. A eux de valider les formulaires et de donner la liste officielle des candidats à cette neuvième élection au suffrage direct de la Ve République.

Cinq candidats sans problèmes

Ceux qui disposent d'un (plus ou moins gros) bataillon d'élus ne rencontrent en principe aucun problème.

Pas de souci, donc, pour les candidats à l'Elysée de l'UMP, Nicolas Sarkozy, du PS François Hollande, du MoDem François Bayrou, du Front de Gauche Jean-Luc Mélenchon ou d'EELV Eva Joly.

Cinq autres auraient franchi le cap

Après avoir multiplié les cris d'alarme depuis trois mois, la candidate du Front national Marine Le Pen a annoncé mardi 13 mars à Reuters qu'elle disposait de 500 signatures et qu'elle serait bien candidate à la présidentielle.

A l'inverse, dès ses voeux en janvier, le candidat de la droite souverainiste Nicolas Dupont-Aignan affichait son optimisme sur les parrainages, qu'il avait commencé à recueillir dès mars 2011. Son directeur de campagne Damien Lempereur nous assurait lundi que les documents devraient être déposés, probablement d'ici jeudi, au Conseil constitutionnel.

Discrète dans les médias, la candidate de Lutte ouvrière Nathalie Arthaud a été la première des candidats à l'Elysée à rendre publique l'obtention de ses 521 signatures, le 7 mars. A l'extrême-gauche toujours, le candidat du NPA (Nouveau parti anticapitaliste) Philippe Poutou a également recueilli les 500 signatures nécessaires.

Enfin, le candidat du groupuscule "Solidarité et progrès" Jacques Cheminade, qui s'était déjà présenté à l'élection présidentielle de 1995, a déclaré avoir réuni ses 500 signatures.

Une phrase comparant les politiques du président des Etats-Unis Barack Obama et d'Adolf Hitler donne la tonalité de sa campagne : "La politique d'Obama, c'est une politique (...) de Wall Street", a-t-il déclaré au micro de France Inter. "Et ces mêmes milieux de Wall Street (...) ont mis le pied d'Hitler à l'étrier en Allemagne, qui l'ont financé. Donc, on retrouve cette même tendance".

Pour Villepin ou Lepage, le suspense continue ...

Dominique de Villepin affirmait sur RTL ce matin avoir dépassé le seuil de 460 signatures. Aura-t-il les quarante manquantes d'ici vendredi 18h.

Si tel n'est pas le cas, il serait, avait noté le JDD, le seul ancien chef de gouvernement n'ayant pas réussi à rassembler le nombre de parrainages nécessaires. Il est aussi un des seuls à n'avoir jamais été élu, et à ne s'être présenté à aucune élection, hormis la présidentielle de 2012.

Dans "La Tragédie du président", Franz-Olivier Giesbert prête à l'ancien ministre des Affaires étrangères de Jacques Chirac cette phrase sur les députés : "Dans leur vie privée, ils ont une maîtresse à Paris et une femme en province".

Pas sûr que ce trait d'esprit ait contribué à la popularité au Parlement de celui qui passe pour un des inspirateurs de la dissolution de l'Assemblée décidée par le président Jacques Chirac, en 1997. Ni n'aide beaucoup à la collecte des soutiens.

Reste enfin le cas de Corinne Lepage. La présidente de Cap 21 s'était présentée, déjà, en 2002, recueillant au premier tour 1,88% des voix. En 2007. elle avait choisi de soutenir François Bayrou. L'ancienne ministre de l'Envrironnement d'Alain Juppé est aujourd'hui à la peine avec 440 à 460 formulaires déposés au Conseil Constitutionnel

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Politique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.