Cet article date de plus de neuf ans.

Quelles conséquences pour la France de la perte de son triple A?

La note de la France dégradée par l'agence de notation Standard & Poor's. Notre pays perd son triple A. Conséquence, c'est toute l'économie qui pourrait souffrir dans les semaines et mois à venir.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Franceinfo (Franceinfo)

Pour le ministre de l’Economie François Baroin, la
conséquence de cette dégradation serait minime. Pour lui, c’est comme "si un bon
élève habitué à avoir des 20 se retrouvait avec un 19 sur sa copie"
. Une
différence toutefois, un écolier n’emprunte pas d’argent à la banque. Or, cela
devrait être l’une des premières conséquences de la sanction de l’agence
Standard & Poor’s. Emprunter sur les
marchés coutera plus cher à la France.
Actuellement, les taux à dix ans se situent à 3.2%. Demain, ils grimperont.

De l'argent plus cher pour l'Etat et les collectivités locales

L’état empruntera plus difficilement et entrainera avec lui,
les collectivités locales. En effet, le budget des communes, départements et
régions provient en grande partie des dons de l’Etat. Il est à craindre que
demain, ces mêmes collectivités soient-elles aussi obligées d’emprunter à des
taux plus élevés. Les contribuables locaux devraient s’en rendre compte sur
leur prochaine feuille d’impôt.

Les effets sur les entreprises ne devraient pas être
négligeables

La France qui perd son triple A, et c’est toute l’économie
du pays qui risque de souffrir. Des taux de crédits plus élevés, cela veut dire
moins de crédits, donc moins d’investissements et moins de travail pour les
entreprises. Et comme une mauvaise nouvelle n’arrive jamais seule, ces mêmes
entreprises fragilisées auront-elles aussi plus de mal à emprunter pour se
moderniser. Conséquence, on peut craindre un ralentissement de l’économie.

Les relations entre les entreprises et les banques plus
compliquées, et un secteur bancaire qui lui aussi risque de subir une onde de
choc. Les banques Françaises ont déjà perdu beaucoup depuis quelques mois à la
bourse, et cela ne devrait pas s’arranger. Dans les semaines à venir, les
regards se tourneront vers les crédits qu’elles proposent ou non. Car, on s’en
souvient lors de la crise de 2008, la perte de confiance était telle que plus
personne ne voulait prêter à personne.

Les Français devraient eux aussi payer l’addition

L’Etat, les entreprises, et les Français. Pour les ménages,
les conséquences risquent d’être multiples. Si l’Etat a des problèmes de
trésorerie, il faudra bien l’aider en payant plus d’impôts, et ce même si le
gouvernement ne prévoit pas pour l’heure de nouveau plan de rigueur. Ensuite,
si l’économie va mal et que les entreprises rencontrent des difficultés, il est
prévisible que le nombre de chômeurs augmentent encore dans les mois à venir. Enfin si
l’économie ralentit, alors les banques vont devenir plus frileuses et regarder à
deux fois avant d’accorder des prêts. Une mauvaise nouvelle notamment pour le
secteur de l’immobilier qui pourrait souffrir une nouvelle fois et se retrouver lui aussi
en crise. 

 

 

 

 

 

 

 

 

Oeuvres liées

{% document %}

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Politique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.