Cet article date de plus de sept ans.

Quelles casernes fermeront en 2014 ? Réponse ce jeudi

Jean-Yves Le Drian, le ministre de la Défense doit préciser ce jeudi quels régiments et unités des armées seront supprimés l'année prochaine. Une restructuration prévue dans le cadre de la Loi de programmation militaire dévoilée en août dernier. Elle prévoit la suppression de 24.000 postes supplémentaires.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Maxppp)

Quelles sont les casernes qui fermeront l'année prochaine ? Dans le cadre de la Loi de
programmation militaire
, le ministre de la Défense, Jean-Yves Le
Drian va détailler la restructuration des armées ce jeudi. 24.000 postes supplémentaires
seront supprimés et même si le ministre assure que les régiments supprimés
seront "très peu nombreux ", les villes où sont situées les
casernes qui vont fermer (qui sont déjà prévenues), sont inquiètes.

Jean-Yves Le Drian
devrait également s'exprimer jeudi sur le projet de réforme de l'organisation
du ministère, qui selon nombre de militaires renforce les attributions des
personnels civils de la défense et suscite de vives réserves parmi les
officiers.

Fermeture à Orange et dans l'Allier

L'une des unités touchées
sera le 1er Régiment étranger de la cavalerie (REC) d'Orange. Ses
900 hommes quitteront le Vaucluse pour rejoindre Carpiagne (Bouches-du-Rhône),
qui perdra quant à lui le 4e Régiment de dragons - le ministère a confirmé l'information dans la matinée.

Le maire d'Orange, Jacques Bompard, a déjà appelé les élus et
les habitants à manifester samedi prochain. Il veut dénoncer le "peu d'attention
apporté par ce gouvernement à la concertation
".

Dans l'Allier, la base
aérienne de Varennes-sur-Allier devrait aussi fermer d'ici 2015. Actuellement elle
emploie 236 personnes dont 98 civils. Le président du Conseil général du
département, Jean-Paul Dufrègne a dit "refuser une telle situation ",
alors que l'Allier est "déjà mutilé par toutes les fermetures d'entreprises
de ces dernières années
".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.