Cet article date de plus d'onze ans.

Que disent d'eux les hobbies de Copé et Fillon ?

Avant leur affrontement, François Fillon et Jean-François Copé vont profiter des vacances pour exercer leur passion. La conduite automobile pour l'un, le piano-jazz pour l'autre. Des passions à contre-emploi de leur image politique. Décryptage.
Article rédigé par Daïc Audouit
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min
François Fillon et Jean-François Copé (JOHANNA LEGUERRE / AFP)

Avant leur affrontement, François Fillon et Jean-François Copé vont profiter des vacances pour exercer leur passion. La conduite automobile pour l'un, le piano-jazz pour l'autre. Des passions à contre-emploi de leur image politique. Décryptage.

Dérapages contre arpèges. Fou du volant versus cinglé du music-hall. L'un conduit des BMW et des Ferrari, l'autre pilote des orgues Roland et Bontempi. François Fillon aime donc les voitures puissantes et Jean-François Copé les standards jazzy.

Deux passions qu'ils ont étalé au grand jour à l'occasion de divers portraits intimistes et qu'ils tentent d'assouvir sincèrement malgré une vie dédiée principalement à la politique.

Ces hobbies leur permettent de revendiquer une part de normalité (eh oui, un politique peut se passionner pour autre chose que pour un meeting de campagne). Mais comme la politique n'est jamais loin, ils leur permettent aussi de montrer une image différente de celle de l'homme public. Voire même une image en totale opposition avec les clichés qui leur sont accolés.

Les groupies du pianiste

Jean-François Copé le confie souvent. S'il n'avait pas fait de politique, il aurait aimé être pianiste de jazz. On n'est pas obligé de le croire totalement, car dans sa chambre, c'est le poster de Georges Pompidou qui veillait sur ses ambitions adolescentes et pas celui de Duke Ellington. Mais il semble avoir assez de "crédibilité artistique" dans le milieu pour inviter Thomas Dutronc à l'assemblée nationale pour un colloque sur la loi hadopi.

Jean-François Copé à la recherche de la mélodie du bonheur.

JFC aime la langueur nonchalante de la bossa nova. Devant son clavier, il ferme les yeux et dodeline mollement de la tête. Lui qu'on présente volontiers en homme cassant et brutal, en tout cas direct, adouçit ses moeurs aux sons des reprises de Stan Getz. A l'occasion de la campagne pour la présidence de l'UMP, il veut changer d'image et redevenir maire de Meaux.

A son initiative, sa ville de Seine-et-Marne organise un festival consacré uniquement aux chanteuses : les Muzik' elle. Il aura lieu fin septembre, et comme à chaque fois, Jean-François devrait donner en public quelques aperçus de son doigté .

Fou du volant mais pas trop

François Fillon, c'est tout le contraire. A plus de 300 km/h sur la ligne droite des Hunaudières, il muscle son jeu. Lui qui est qualifié de prudent, ou de "planqué" par ses meilleurs ennemis, décoiffe sa méche bien ordonnée sous les casques multicolores et prouve que rien de ce qui concerne la témérité ne lui est étranger.

Début juillet, il participait aux 24 heures du Mans Classic. Dans le sillage de Paul Newman ou Steve Mac Queen, une certaine idée de la virilité old school.

François Fillon en combinaison gagnante

A contre-emploi de leur image publique, mais raccord avec leurs stratégies respectives pour conquérir l'UMP. Jean-François Copé se proclame chef d'orchestre de l'opposition, établissant le tempo de la reconquête, pianotant sur les courants de l'UMP pour obtenir une mélodie harmonieuse.

Alors que François Fillon valorise son expérience de premier ministre en se présentant comme le capitaine idéal dans la tempête, le chauffeur de bus qui ménera tout le monde au port à travers les laçets enneigés des cols.

Fausse route ou fausse note ? Les militants UMP en décideront fin novembre. C'est à la fin du bal ou de la course qu'on paye les musiciens... et les pilotes.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.